Antipresse 300: l’issue est vers le haut

par | 28.08.2021 | En accès libre, Reconquêtes, Slobodan Despot

Bref retour sur l’esprit et le sens de notre travail.

Il y a un peu moins de deux ans, pour notre 200e édition, nous avons proposé à nos amis et lecteurs de nous écrire en quelques mots ce que l’Antipresse représentait pour eux. Nous avons reçu des dizaines de réponses, souvent très élaborées. Ces retours nous ont été précieux.

Pour cette 300e édition, nous n’avons pas eu à solliciter les échos: nous recevons des courriers en nombre, auxquels il ne nous est même pas toujours possible de répondre. Les relations avec nos lecteurs se sont resserrées et comme personnalisées.

C’est que, depuis deux ans, il s’est passé beaucoup de choses. Nous avons accueilli de nouveaux contributeurs, introduit l’Antipresse audio et essayé d’accompagner la croissance et la diversification de notre public.

Surtout, début 2020, nous sommes tombés dans ce que j’ai immédiatement appelé l’ère Coronafoirus. Le règne moliéresque des médecins de cour, des vendeurs de philtres et de potions et de la psychose sanitaire.

Plus de la moitié de nos lecteurs d’aujourd’hui nous ont découverts par ce biais: parce que nous avons été l’une des premières voix dissonantes dans cette unanimité imposée. Nous ne doutions pas de la maladie, mais de l’usage qu’on en faisait. Les Purgons et les Diafoirus de Molière avaient eux aussi affaire, parfois, à des affections réelles. Qu’ils se plaisaient à cultiver à leur profit: pourvu que la maladie se porte bien! A leur suite, avec le scientisme moderne, on verra débarquer le Dr Knock et ses techniques de manipulation mentale qui feront de tout bien portant un malade qui s’ignore. Mais le ressort est le même: subjuguer autrui par ses faiblesses, la crédulité et la peur de la mort. Pour se débarrasser de leur emprise, c’est logiquement ces deux tares qu’il faut éradiquer en priorité. La crédulité et la peur de la mort.

Nous avons traité de cette crise sous des angles peu explorés ailleurs: la prise de pouvoir technologique, la dépossession mentale et spirituelle, les manipulations psychologiques, la dérive totalitaire, le tout accompagné par un effondrement intellectuel et moral des médias de grand chemin sans exemple dans notre histoire, et qui surpasse même la complaisance de la presse soviétique. S’il fallait rassembler en un volume l’essentiel de ces textes, il ferait au moins cinq cents pages…

Nous n’avions pas attendu la déshumanisation covidéologique pour insister sur l’importance du discernement face aux faits bruts, de la qualité face à la quantité, de l’imprévisibilité humaine face à la robotisation. Cette quête de sens a pris un relief tout particulier avec les événements. On croyait que le transhumanisme n’était que le dada d’une secte scientiste — et voici tout d’un coup qu’il déferle sur nous et dans nos vies. C’est qu’il ne date pas d’hier. Avant la phase médicale, physique et chimique, il y a eu une longue préparation philosophique pour convaincre les hommes de se départir de leur âme. C’est pourquoi nous nous accrochons justement à elle, à cette âme, et nous continuerons sans relâche à tenir la chronique de la vie humaine au temps des robots. Comme me l’a écrit une lectrice: «l’issue est vers le haut».

Nous avons commencé notre aventure en épinglant les ridicules et les partis pris des médias de grand chemin. Nous nous sommes affranchis de cette référence. Il ne s’agit plus de les corriger ou de les réfuter, il s’agit de reconstruire le monde sans eux. Ils se sont éliminés d’eux-mêmes en réduisant leur pensée à des algorithmes. Cette place laissée vacante, il s’agit de la remplir avec du sens, de la beauté, de l’humour, de la quête de vérité — bref, avec des raisons de vivre.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

Autosabotages (Journal de Coronafoirus, 18)

Cette semaine, la cantine virtuelle de trois milliards d’humains appelée «chez Zuck» a fermé pour la première fois. Ce n’est qu’une des implosions de la saison. Chez nous, les apparatchiks font crouler le système tout seuls, comme des grands. Cependant que le vieux Coronafoirus, fatigué, se retire et que nos autorités se mettent en quatre pour le convaincre de rester encore un tout petit peu…

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le «détournement» du vol Ryanair, cas d’école de désinformation

Non, l’avion de Ryanair n’a pas été détourné de force par la Biélorussie en mai dernier pour capturer l’opposant Roman Protassevitch! Ce constat fait par un spécialiste du renseignement va à l’encontre de ce que tous les médias occidentaux ont voulu nous faire croire, justifiant dans la foulée les nouvelles sanctions que l’Union européenne a prises à l’encontre de la Biélorussie.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le loup comme auxiliaire de police

Quand vous croisez un loup, il faut savoir lui parler. Si vous ne trouvez pas le bon ton, tant pis pour vous. C’est par ailleurs une bête adorable. Telle est, sans rire, la recommandation des autorités suisses au sujet de ce prédateur qu’on croise de plus en plus souvent sur nos sentiers. Comment faut-il la comprendre?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

De quoi Alain Berset est-il le nom? (Entretien avec Liliane Held-Khawam)

L’affaire de chantage impliquant Alain Berset, le ministre de la santé suisse, survenue à la veille de la pandémie de Covid-19 et des mesures exceptionnelles qu’elle a entraînées, devrait nous interpeller au-delà de ses implications sur la vie privée de l’intéressé et la marche de l’Etat de droit. Dans quelle évolution sociétale et politique cette affaire s’inscrit-elle? Quel est le rôle particulier de Berset dans cette évolution? Qu’est-ce qui a pu influencer les décisions brutales, offensantes pour la science et la raison, qu’il a prises depuis dix-huit mois?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Ernst Wolff: le coup d’État du système financier-numérique (2/2)

De deux choses l’une: soit la gestion en tous points catastrophique de la crise du Covid-19 est un signe d’abrutissement terminal des élites dirigeantes de la planète, soit elle correspond à une intention perverse où «le pire est le mieux». Dans une conférence d’une demi-heure, Ernst Wolff documente la piste d’un naufrage délibéré de l’économie mondiale, en d’autres termes de l’accomplissement du «Grand Reset» tel que décrit et voulu en toutes lettres par le WEF de Davos.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir