Antipresse: antibiotique ou antidépresseur?

par | 29.09.2019 | Arnaud Dotézac, En accès libre, Sur ces mots

C’est à Slobodan Despot que je dois d’écrire dans l’Antipresse. J’en suis honoré pour mille raisons.

Elles tiennent bien sûr à la qualité des autres plumes dont je ne peux qu’humblement tenter de m’inspirer, autant qu’à l’espace de liberté grand ouvert et inlassablement entretenu par notre rédacteur en chef. Pas seulement au bénéfice de l’expression des idées mais aussi de son rigoureux corollaire, qu’est l’esprit d’examen.

Et puis l’humour n’est jamais loin, tandis que l’amphibologie s’est magistralement emparée de la meilleure place: dans le titre même, telle une gardienne de phare: Antipresse!

Certains s’arrêtent au premier degré d’une plate-forme antithétique sans y voir l’antiphrase évidente. Les autres, les antisciens, *les lecteurs de l’Antipresse, goûtent quant à eux, tel un antipasti*, la poésie du scoop anticipé ou l’antienne des «Turbulences». Qu’ils savourent la détection littéraire de l’antiptose, naviguent dans les profondeurs des stratégies antiques ou réalisent les antinomies du progrès, leur fidélité vaut bien l’antiphernal.

On aura compris que les usages de ce préfixe anti- , ici associé à des radicaux certes peu usités, peuvent être d’ordre comparatif, précursif, successif, voire supplétif et ne connotent donc pas exclusivement l’opposition.

Alors, passons le mot à tous les pressuriers de l’info d’antigère (celle des médias de grand chemin bien sûr!) : « Non, l’Antipresse n’est pas un antibiotique antisocial, c’est juste un antipresseur».

  • Article de Arnaud Dotézac paru dans la rubrique «Sur ces mots» de l’Antipresse n° 200 du 29/09/2019.

On peut aussi lire…

Le grand remplacement… des cerveaux

COVID-19, le coup d’État technologique, 5 La gestion de la pandémie du coronavirus semble s’être détachée de la maladie, du bon sens et de la raison elle-même. C’est peut-être le moment d’examiner pourquoi les représentations du monde modélisées par la technologie sont aussi éloignées de la réalité. Cela viendrait-il d’un mode de pensée que nous […]

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’anti-haine, vingt-quatre heures sur vingt-quatre

Sans même savoir à quel point, nous sommes tous chargés de haine. Nos éducateurs se chargent désormais de nous mettre sur le droit chemin. Partout et sans cesse. A quoi cela nous conduit-il? Probablement pas à l’amour universel…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Patrick Gilliéron Lopreno: l’horreur de la mort (et de la naissance) administrée

Notre correspondant photographe nous propose cette semaine une chronique très personnelle, mais dont le thème est universel et central. Nous passons ce cri du cœur comme une incitation à réfléchir à la réalité des méthodes «progressistes» par lesquelles on nous propose de simplifier la mort et la vie. Il ne s’agit pas de la condamnation de l’acte d’un homme, mais plutôt d’un acte d’opposition radical à l’esprit du temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir