Antipresse: antibiotique ou antidépresseur?

par | 29.09.2019 | Arnaud Dotézac, En accès libre, Sur ces mots

C’est à Slobodan Despot que je dois d’écrire dans l’Antipresse. J’en suis honoré pour mille raisons.

Elles tiennent bien sûr à la qualité des autres plumes dont je ne peux qu’humblement tenter de m’inspirer, autant qu’à l’espace de liberté grand ouvert et inlassablement entretenu par notre rédacteur en chef. Pas seulement au bénéfice de l’expression des idées mais aussi de son rigoureux corollaire, qu’est l’esprit d’examen.

Et puis l’humour n’est jamais loin, tandis que l’amphibologie s’est magistralement emparée de la meilleure place: dans le titre même, telle une gardienne de phare: Antipresse!

Certains s’arrêtent au premier degré d’une plate-forme antithétique sans y voir l’antiphrase évidente. Les autres, les antisciens, *les lecteurs de l’Antipresse, goûtent quant à eux, tel un antipasti*, la poésie du scoop anticipé ou l’antienne des «Turbulences». Qu’ils savourent la détection littéraire de l’antiptose, naviguent dans les profondeurs des stratégies antiques ou réalisent les antinomies du progrès, leur fidélité vaut bien l’antiphernal.

On aura compris que les usages de ce préfixe anti- , ici associé à des radicaux certes peu usités, peuvent être d’ordre comparatif, précursif, successif, voire supplétif et ne connotent donc pas exclusivement l’opposition.

Alors, passons le mot à tous les pressuriers de l’info d’antigère (celle des médias de grand chemin bien sûr!) : « Non, l’Antipresse n’est pas un antibiotique antisocial, c’est juste un antipresseur».

  • Article de Arnaud Dotézac paru dans la rubrique «Sur ces mots» de l’Antipresse n° 200 du 29/09/2019.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

Humilité

Dans mon imagination d’enfant, les îles Borromées n’étaient rien de plus qu’un de ces lieux où l’on emmenait jadis les classes en excursion scolaire. Par une curieuse anomalie, ces expéditions «éducatives» m’ont toujours évité, et c’est peut-être heureux. J’ai fini par découvrir ce locus amœnus cet été seulement, lors d’une virée en cabriolet avec ma fille.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le non-Etat fripon (Transnistrie, 2)

L’existence de cette entité est une acrobatie de tous les jours. Elle a pourtant quelques arguments pour elle qui ont de quoi dissuader même les stratèges du «regime change» américains.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le blues de la mi-été

C’est en été qu’on prépare les conserves pour les mois de disette. Et c’est maintenant que nous pouvons voir les contours de ce que sera notre hiver 2022-2023, le plus incertain depuis que nous sommes venus au monde.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le recours aux forêts: Un sujet de préoccupation pour l’État

Il m’est souvent arrivé ici même d’évoquer l’œuvre d’Ernst Jünger, et en particulier son “Traité du rebelle”, paru en 1951. Le titre allemand du livre est “Der Waldgang”, autrement dit le “recours aux forêts“. Nous sommes en plein été, je peux donc m’autoriser à reparler du recours aux forêts.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Canicules

Les canicules n’existent que parce qu’il y a des alertes canicule, de même qu’on n’est malade que pour nourrir le docteur Knock. J’ai peut-être tort, d’un point de vue scientifique. Mais le point de vue scientifique n’a jamais fait fleurir et chanter la vie. Le point de vue scientifique ne sait que la lyophiliser et la mettre sous vide.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Occident sans frontières

Quand on fait semblant d’avoir des frontières, et qu’en même temps on ordonne à sa police de ne pas les défendre, d’autres finissent par s’en charger pour nous. Au point où en sont les choses, la police marocaine viendra-t-elle faire le travail que ne fait pas Frontex?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir