Éric Werner

Éric Werner

Rédacteur

Docteur en philosophie, professeur de philosophie politique, disciple de Montaigne et aussi un peu de Machiavel, penseur âcre et insoumis, Eric Werner a marqué les esprits du XXe siècle finissant avec son essai prophétique sur L’Avant-guerre civile. Depuis, il poursuit sa réflexion fine et désabusée sur le totalitarisme insidieux de la modernité, tant au travers de ses livres, de son blog, que (depuis la 43e semaine) de ses Enfumages de l’Antipresse, dont la vocation est bien entendu de nous désenfumer l’esprit.

« L’État fait croire à sa population que lui-même et sa police se consacrent jour et nuit à la lutte contre le terrorisme, une lutte résolue et sans merci. Il n’en est évidemment rien. Ils ont bien d’autres soucis en tête. La population serait surprise de savoir lesquels. C’est ce que disent certains, mais je ne les suivrai évidemment pas sur ce terrain. Pas plus que je ne les suivrai quand ils disent que la lutte contre le terrorisme ne serait qu’un outil de communication, un de plus (mais non des moindres). Ce ne sont pas des choses à dire. » (Antipresse n° 90, 20.08.2017)

Les articles d'Éric Werner
This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

L’ère de l’aplaventrisme

On se dit que la liberté d’expression recule«Gleichschaltung», vous savez ce que cela veut dire? Et comment on le traduit en français?, que la terreur règne dans les universités, que c’est pire qu’en URSS… On y pense et puis l’on oublie, comme dans la chanson de Dutronc. Et l’on apprend à vivre en rampant. Les crocodiles et les vers y arrivent bien, pourquoi pas nous?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Quand les peuples deviennent des «populations»

Nous le disions la semaine dernière, le système occidental actuel emprunte beaucoup de ses traits aux anciens empires coloniaux — mais retournés cette fois contre ses propres sujets. Il ne faut pas en conclure pour autant qu’il s’agisse «simplement» d’un nouveau colonialisme. Ce régime est sans précédent dans l’histoire.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Le Bien se répand par injection

Si vous croyez encore que l’insistance des autorités à vous vacciner a un rapport avec le souci de votre santé, vous pouvez passer cet article. Si vous en doutez, même un peu, il vous sera utile de réfléchir aux conséquences d’une éventuelle *malveillance* généralisée…

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Sans moi, ou la lecture comme contrecourant

Face au raz-de-marée du «mainstream», à la déferlante des «Me Too» et la terreur de l’unanimité, un petit nombre de rescapés reste toujours debout et refuse d’entrer dans la danse. Pourquoi? Qu’est-ce qui les motive à résister? Qu’est-ce qui les caractérise? Voilà l’un des mystère des «lois générales du comportement humain».

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

De quoi sommes-nous encore citoyens?

A l’heure où le drapeau LGBT, emblème d’une infime minorité sexuelle, flotte sur les bâtiments officiels, on peut s’interroger sur ce que nous avons encore de commun avec des dirigeants qui nous imposent de telles «valeurs». A quelle cité, au fond, devons-nous encore allégeance?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Ionesco revisité

Le génial Eugène Ionesco a mis en évidence un virus dévastateur, et pourtant vieux comme l’humanité: le virus du mimétisme social. La maladie qu’il engendre peut transformer une société développée en horde de rats en un rien de temps…

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Trop vrai pour être vrai (La criminalité en mouvement, 3)

La question que tout le monde se pose est forcément: pourquoi tant de soumission? Tant de coopération même, puisque les populations ne se limitent pas à faire ce qu’on leur dit de faire, mais témoignent d’un certain empressement à le faire, comme on le voit avec la crise sanitaire? C’est très étrange.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

La criminalité en mouvement

On va évoquer ici un roman de Vladimir Volkoff, *Le Bouclage*, publié il y a une trentaine d’années, en 1990. La date de publication est importante. Nous sommes au lendemain de la chute du mur de Berlin (1989). Chacun, à l’époque, eut clairement conscience qu’une page était en train de se tourner dans l’histoire du monde. On avait basculé dans autre chose. Mais quoi au juste?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus

Notre bon berger, le Grand Inquisiteur

De tout temps, et particulièrement à notre époque, les peuples ont été et restent confrontés à ce choix abrupt: ou la servitude en échange d’une promesse de protection de la part l’État, promesse assortie de celle d’une vie confortable — ou la liberté avec les risques qu’elle implique. Au fait, de quelle liberté parle-t-on?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

lire plus