La folie du monde vue par l’Antipresse

COVID-19 • On aurait mieux fait d’ouvrir les fenêtres…

20.05.2020

On s’en doutait bien un peu, mais il nous fallait la bénédiction des spécialistes pour oser dire que l’eau mouille et que le confinement est mauvais en cas d’infection respiratoire… Mais bon, comme c’est sur caducee.net, la très consensuelle plateforme des professionnels de santé, on ose le répéter: «90 % des contaminations se produiraient de façon aéroportée dans les lieux clos et mal ventilés».

Cette découverte révolutionnaire ne vient pas des bons conseils de ma grand-mère, mais d’une étude tout ce qu’il y a de plus scientifique fondée sur les données de 320 villes chinoises appuyée par une liste de constatations analogues longue comme le bras.

En clair: confiner les personnes saines avec les contaminés et ne pas leur laisser sortir de chez elles, amender les téméraires qui sortaient s’aérer les poumons, fermer les marchés à ciel ouvert et envoyer tout le monde dans les supermarchés sans air libre ou dans le métro n’était peut-être pas la meilleure manière de combattre l’épidémie.

C’était peut-être même, selon ces découvertes, la meilleure manière de la propager…

Bravo aux autorités et à leurs conseillers scientifiques pour leur clairvoyance! Un comité d’infirmières de campagne aurait sans doute mieux fait l’affaire.

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

TRIBUNE • L’homme Donald Trump

«J’ai aimé l’homme Donald Trump. Un vrai homme, au sens total, avec ses “folies” et ses pulsions shakespeariennes, une sorte d’Orson Welles de la politique.»

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

suscipit leo consequat. ut non dolor. venenatis Aliquam sed Donec ante.

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.