De la difficulté d’admettre le mal au présent

par | 25.04.2021 | En accès libre, Pain de méninges

Accepter [notre] histoire comme radicalement mauvaise dans son intention et pas uniquement dans ses conséquences sont deux choses différentes. Je crois que si tant de gens ont du mal à admettre que leurs dirigeants ont intentionnellement fait et font des choses démoniaques, c’est pour deux raisons.

Premièrement, l’aveu de cette réalité met en cause ceux qui ont soutenu ces gens ou ne se sont pas opposés à eux. Cela signifie qu’ils ont accepté ce mal radical et en portent la responsabilité. Cela suscite des sentiments de culpabilité.

Deuxièmement, croire que ses propres dirigeants sont mauvais est presqu’impossible à accepter pour beaucoup, car cela suggère que la façade rationnelle de la société est une couverture pour des forces sinistres et qu’ils vivent dans un monde de mensonges si vastes que la meilleure option est de faire croire que ce n’est pas le cas. Même lorsqu’on peut accepter que des actes vils ont été commis dans le passé, à la rigueur intentionnellement, la tendance est de dire «c’était avant, mais aujourd’hui les choses sont différentes.» Comprendre le présent où l’on vit n’est pas seulement difficile mais souvent inquiétant, car cela nous met en cause.

— Edward Curtin, «Le déni du démoniaque», 18.4.2021.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel ou Lecteur-mensuel.

Notre bon berger, le Grand Inquisiteur

De tout temps, et particulièrement à notre époque, les peuples ont été et restent confrontés à ce choix abrupt: ou la servitude en échange d’une promesse de protection de la part l’État, promesse assortie de celle d’une vie confortable — ou la liberté avec les risques qu’elle implique. Au fait, de quelle liberté parle-t-on?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Psychopathologie du totalitarisme (2/3)

Il ne faut pas confondre totalitarisme avec dictature ou tyrannie. Le totalitarisme est une dérive mentale collective, une folie présentant l’apparence de la raison et du discours argumenté. On la reconnaît notamment à son déni de la réalité et à son délire de persécution justifiant la persécution d’autrui. Dans ce mini-feuilleton, Ariane Bilheran nous présente les caractères essentiels de cette psychopathologie.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Loi CO2 en Suisse: et si l’on s’arrêtait de respirer?

Le mieux est l’ennemi du bien, disait-on jadis en Suisse. Comme le bien ne suffit pas, l’administration alliée à l’aile écolo-dirigiste propose de réduire férocement les émissions de CO~2 dans le pays. Mais personne ne songe à s’interroger sur l’impact concret de cet effort de taxation et de réglementation.

Syndrome de La Havane et armes à micro-ondes

Un mal mystérieux, décrit en 2016 à Cuba sous le nom de «syndrome de La Havane», a touché à ce jour des dizaines de membres des ambassades américaines (diplomates, agents de la CIA, militaires…) dans différents pays et notamment en Chine.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Autodressages

Un petit retour en arrière sur les grandes terreurs médiatiques du dernier demi-siècle nous laisse tout émerveillés: c’est un véritable miracle si nous sommes encore vivants. La multiplication de ces psychoses collectives depuis une trentaine d’années devrait nous interpeller. Quelle société avons-nous fabriquée, travaillée par quels fantasmes, au moyen de quels outils, pour être devenus d’aussi parfaits poltrons?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir