De l’irresponsabilité populaire

par | 23.01.2022 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

La justice pour l’Allemagne aurait consisté à punir les grands chefs, avec les exécutants les plus ignobles. Mais nous ne devons pas nous dissimuler que cette justice-là n’atteint pas la faute essentielle: l’irresponsabilité du peuple. Ce que la vraie justice exige, ce n’est pas l’exécution de quelques coupables, mais la destruction d’un système. À la faute individuelle, il y a une réponse facile: le châtiment. À la faute sociale, il n’y a qu’une réponse infiniment plus difficile: la conscience du poids que le milieu fait peser sur la personne et la volonté de le transformer selon l’impératif de la conscience. C’est une révolution et non une occupation, qui aurait pu résoudre la question allemande. Celle qui aurait libéré l’homme de la machine et de l’État. Mais les vainqueurs ne pouvaient la faire sans se mettre en question eux-mêmes.

— Bernard Charbonneau, L’État (1943-1949)

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

Du Vietnam à l’Ukraine, illusions et auto-illusions

C’est désormais évident pour tout le monde et officiellement admis: la guerre en Ukraine est une guerre américaine. Elle a été préparée depuis le coup d’État du Maïdan en 2014. Pourtant, les Américains et leurs satellites témoignent d’un curieux divorce avec la réalité du terrain, comme s’ils nous parlaient d’un autre conflit, dans un autre temps. Pourquoi?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Guy Mettan: «Protégez-nous du Bien!»

Manuel de décolonisation mentale? Acte de décès de l’Occident hégémonique? Catalogue humoristique des bêtises à la mode? «La Tyrannie du Bien» est un peu tout cela à la fois.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

La stupidité pire que la malice

Dietrich Bonhoeffer était pasteur, théologien et résistant. Il fut pendu à Flossenbürg en avril 1945, à quelques jours de la libération du camp, pour son implication présumée dans le complot visant à assassiner Hitler. Dans l’une des lettres de prison, il livre cette profonde analyse psychologique de la stupidité, où l’incitation sociale joue un rôle prépondérant.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.