Pour David Graeber, les jobs à la con (à ne pas confondre avec les «jobs de merde», qui eux ont leur utilité) représentent une part appréciable de l’ensemble des emplois actuels. L’enquête qu’il a menée propose un panorama cruellement réaliste du monde du travail au début du XXIe siècle.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER