La folie du monde vue par l’Antipresse

INDE • Un vaccident vraiment malencontreux

22.04.2021

Vivek, acteur célèbre et ambassadeur de la santé de l’État indien du Tamil Nadu, est décédé d’un arrêt cardiaque 24 heures après avoir reçu une dose de vaccin anti-Covid-19.

Le vice-président de l’hôpital où il avait été admis a déclaré que son arrêt cardiaque était dû à un syndrome coronarien aigu avec un choc cardiogénique. On pense que Vivek avait une «pression sanguine légèrement élevée» lorsqu’il a été admis.

Comble de malchance, l’acteur venait d’être nommé «ambassadeur de la santé» de l’État tamoul dans le cadre de la promotion du programme de vaccination. Des rumeurs infondées ont insinué que sa mort était due à la dose de Covaxin reçue la veille, mais elles ont été «rapidement réfutées par les médecins et le gouvernement». Au moyen de menaces judiciaires en attendant les arguments scientifiques qui ne tarderont pas à émerger.

Une revue parfaitement respectable a tout de même rapporté que sur les 79 personnes décédées en Inde après avoir été vaccinées (à fin mars), près de 50 % d’entre elles avaient subi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Et que parmi les personnes hospitalisées qui se sont rétablies, environ 20 % avaient également eu une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

En bref: le vaccin n’est évidemment pas la cause du décès, mais il se trouve que les symptômes du malaise sont une fois sur deux les mêmes.

Cela n’a évidemment aucun rapport, mais voilà une statistique que le candidat à la succession du pauvre Vivek fera sans doute bien d’avoir sous le coude en négociant son mandat. En particulier, la prime au risque…

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel ou Lecteur-mensuel.

ALLEMAGNE • Guéguerres de satrapes à l’ombre de la dictature

Alors que l’Allemagne vient d’adopter une «loi pandémie» qui de fait transforme le pays en dictature, la classe politique continue comme si de rien n’était à spéculer sur la succession Merkel. Notre correspondant François Stecher nous déroule les principaux fils de cette bobine très emmêlée.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.