La folie du monde vue par l’Antipresse

Jamais seuls, pas même dans la mort

9.10.2021

Je n’ai pas eu conscience du moment où j’ai franchi le seuil de cette vie. Telle une fleur s’ouvre à minuit dans la forêt, quel pouvoir m’a fait éclore à ce vaste mystère? Mais lorsqu’au matin mes yeux se sont ouverts à la lumière j’ai senti que je n’étais pas un étranger en ce monde et que l’Être éternel sans nom et sans forme m’embrassait sous la forme de ma mère. Ainsi au moment du départ le même inconnu m’apparaîtra comme un ami de toujours, et parce que j’aime cette vie je sais que j’aimerai la mort. L’enfant gémit lorsque la mère le retire de son sein droit, pour l’instant suivant trouver consolation dans le sein gauche.

— Rabindranath Tagore, L’offrande lyrique (Gitanjali), traduction d’André Gide, 1912.

Les Turbulences sont les cailloux sur le chemin qui mène à l’Antipresse, hebdomadaire unique et indépendant animé par l’intelligence naturelle.
Vous pouvez vous y abonner ici!

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

COVID-19 • Un gouvernement européen fait acte de contrition

Les mesures appliquées pendant le Covid en Slovénie étaient excessives et anticonstitutionnelles. Le gouvernement l’admet aujourd’hui et il joint le geste à la parole, en remboursant toutes les amendes infligées en application de ces mesures iniques.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

TRIBUNE • Quel bel âne!

Le Bon Dieu, ému devant sa création, devait avoir écrit dans son grand livre de la vie: quel bel âne alors qu’il pensait: quelle belle âme.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Ne lisez pas ce message!

Les sites internet sont compliqués, lents, pleins d’obstacles.
Les lettres sont personnelles et sûres.
Les choses essentielles ne sont pas placardées sur les murs: elles sont dites dans des lettres.
C’est pourquoi l’Antipresse est une lettre-magazine adressée à ses abonnés.
Vous vous abonnez une fois et vous n’aurez plus jamais besoin de voir cette fenêtre, ni même ce site.

Pour cela, il vous suffit de vous abonner ici (ou de vous connecter si vous êtes déjà dans le cercle).

Merci ! Un message de confirmation va vous parvenir.