La France baroque

par | 24.02.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

Le dénominateur commun de ce pays est l’imposture, la France ment et ce n’importe le domaine, elle ment aux Français, elle ment à l’Europe, elle en arrive à ne plus savoir quand elle a menti, sa bonne et sa mauvaise foi se mêlent désormais au sein de l’équivoque, c’est la ruine de l’esprit français. La langue est déjà faisandée et la métamorphose se prépare, la race est déjà menacée et d’ici à trois générations, le pays court fortune de devenir la proie du métissage, la nation est engagée au déçu d’elle-même en la séquence des fatalités, ses Princes gagnent au jour la journée le provenu qu’ils devront perdre et quelquefois avec usure, le peuple s’est mis à courir après les nuées que ses maîtres lui désignent, la France entière est devenue baroque. Il reste aux derniers tenants de l’honneur à se réduire en cendres, au milieu des ilotes, des marchands et des sophistes, la mort est le chemin des purs.

— Albert Caraco, Simples remarques sur la France, rem. 233 (éd. L’Age d’Homme, 1975).

On peut aussi lire…

Le grand remplacement… des cerveaux

COVID-19, le coup d’État technologique, 5 La gestion de la pandémie du coronavirus semble s’être détachée de la maladie, du bon sens et de la raison elle-même. C’est peut-être le moment d’examiner pourquoi les représentations du monde modélisées par la technologie sont aussi éloignées de la réalité. Cela viendrait-il d’un mode de pensée que nous […]

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Pourquoi nous ne pensons plus?

De qui sommes-nous les otages: Big Pharma ou Big Brother… À moins que ce ne soit Big Data? Il y a plus de trente ans, le sociologue américain Theodore Roszak nous mettait en garde contre la religion informatique et ses conséquences — en premier lieu, l’abrutissement général.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’anti-haine, vingt-quatre heures sur vingt-quatre

Sans même savoir à quel point, nous sommes tous chargés de haine. Nos éducateurs se chargent désormais de nous mettre sur le droit chemin. Partout et sans cesse. A quoi cela nous conduit-il? Probablement pas à l’amour universel…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir