L’avarice du cœur

par | 28.06.2020 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

Il y a une avarice pire que celle de l’argent, une lésine par ailleurs devenue aujourd’hui générale: je veux parler de l’avarice du cœur, de l’âme et de l’esprit. Ne pas trop aimer, ne pas trop réfléchir (ni trop loin, ni trop profondément, ni trop au-delà de soi), ne pas trop s’enflammer (ni pour un idéal, ni pour le monde, ni pour soi-même), ne pas trop s’enthousiasmer non plus (cela provoque des insomnies) — telles sont, désormais, les petites vertus des petits hommes d’aujourd’hui. Bientôt viendra un temps où l’on ne comprendra plus du tout la grandeur, quelle qu’elle soit, ni celle des sentiments, ni celle de la pensée, ni celle de l’Histoire, de l’art ou de l’État: Napoléon, Jeanne d’Arc, Michel-Ange, Dante, Shakespeare, Tristan et Iseult, Héraclite et Parménide, Alexandre ou César nous deviendront peu à peu complètement étrangers — pour beaucoup, ils nous semblent déjà venir d’une autre planète, plus altière sans doute, et, pour cette raison, plus digne d’être aimée. La grandeur, l’instinct de grandeur s’éteindra dans les cœurs, et seul ce qui sera petit aura le droit de parler. La petitesse des sentiments deviendra même le critère décisif d’évaluation des valeurs admises, efficacement concurrencée en cela avec l’étroitesse de vue et de pensée; il s’agira surtout de produire le moins d’intelligence possible: car penser au-delà de soi est devenu trop fatigant. L’amour aussi sera réduit à sa portion congrue (cela aussi est devenu trop fatigant) ; et rien de ce qu’ont aimé nos ancêtres et les hommes avant nous ne sera plus digne d’être aimé, célébré ou défendu. Point n’est besoin d’«invasions barbares» pour faire s’effondrer une civilisation, la barbarie est au-dedans — et elle est d’abord intérieure, sévissant dans le cœur de chaque homme qui oublie ce qu’il est, d’où il vient, ce qu’il pourrait devenir et ce qu’il doit à la terre, ainsi qu’à tous ceux qui l’ont précédé dans l’Histoire.

Gilles Wauthoz — La Grande Raison.

On peut aussi lire…

Le Rebelle comme modèle de vie (1)

Que reste-t-des «citadelles intérieures» devant l’oeil omniscient de l’internet? Et que peuvent faire les rebelles modernes face à l’intrusion du pouvoir jusqu’au coeur de leurs vies? Autant de questions qui remettent en jeu le fond même de la tradition stoïcienne.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Anatoly Karlin: le labyrinthe Navalny

Qui a empoisonné Alexeï Navalny? Anatoly Karlin dresse la liste des intéressés éventuels, mais surtout il livre un portrait sans fard de cet agitateur que les Occidentaux présentent abusivement comme «le principal opposant russe».

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Jacques Baud: *Gouverner par les fake news*, ou l’empire du mensonge

Jacques Baud est un ex-officier du renseignement de l’armée suisse avec le grade de colonel. Il est expert en armes chimiques et nucléaires et a été très actif pour l’ONU dans les opérations de maintien de la paix et de déminage. Son dernier livre vient de paraître et il est explosif! Lecture par Richard Golay.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Les yeux grands fermés

A quoi bon fouiller le dessous des cartes quand leur face visible vous dit déjà tout? Ou comment notre esprit se laisse séduire par des récits qui prétendent donner un sens au chaos ambiant. Et comment s’arracher à cette séduction…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le juste, le rebelle, le lanceur d’alerte

L’éducation est une question de modèles. Les exemples que nous nous choisissons contribuent à façonner notre destin. En un temps coupé la fois de son passé et de son avenir, peut-on encore cultiver de telles filiations?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

et, risus Praesent ut commodo efficitur. libero at lectus Nullam sit