L’avarice du cœur

par | 28.06.2020 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

Il y a une avarice pire que celle de l’argent, une lésine par ailleurs devenue aujourd’hui générale: je veux parler de l’avarice du cœur, de l’âme et de l’esprit. Ne pas trop aimer, ne pas trop réfléchir (ni trop loin, ni trop profondément, ni trop au-delà de soi), ne pas trop s’enflammer (ni pour un idéal, ni pour le monde, ni pour soi-même), ne pas trop s’enthousiasmer non plus (cela provoque des insomnies) — telles sont, désormais, les petites vertus des petits hommes d’aujourd’hui. Bientôt viendra un temps où l’on ne comprendra plus du tout la grandeur, quelle qu’elle soit, ni celle des sentiments, ni celle de la pensée, ni celle de l’Histoire, de l’art ou de l’État: Napoléon, Jeanne d’Arc, Michel-Ange, Dante, Shakespeare, Tristan et Iseult, Héraclite et Parménide, Alexandre ou César nous deviendront peu à peu complètement étrangers — pour beaucoup, ils nous semblent déjà venir d’une autre planète, plus altière sans doute, et, pour cette raison, plus digne d’être aimée. La grandeur, l’instinct de grandeur s’éteindra dans les cœurs, et seul ce qui sera petit aura le droit de parler. La petitesse des sentiments deviendra même le critère décisif d’évaluation des valeurs admises, efficacement concurrencée en cela avec l’étroitesse de vue et de pensée; il s’agira surtout de produire le moins d’intelligence possible: car penser au-delà de soi est devenu trop fatigant. L’amour aussi sera réduit à sa portion congrue (cela aussi est devenu trop fatigant) ; et rien de ce qu’ont aimé nos ancêtres et les hommes avant nous ne sera plus digne d’être aimé, célébré ou défendu. Point n’est besoin d’«invasions barbares» pour faire s’effondrer une civilisation, la barbarie est au-dedans — et elle est d’abord intérieure, sévissant dans le cœur de chaque homme qui oublie ce qu’il est, d’où il vient, ce qu’il pourrait devenir et ce qu’il doit à la terre, ainsi qu’à tous ceux qui l’ont précédé dans l’Histoire.

Gilles Wauthoz — La Grande Raison.

On peut aussi lire…

Oui, cher Jean Raspail: quelqu’un se souviendra des hommes!

Jean Raspail m’a donné la confiance d’entrer en littérature et un titre dans le plus beau des royaumes — un royaume de rêve et de geste. Le 17 juin dernier, en l’église Saint-Roch, nous l’avons accompagné pour sa dernière traversée. Ce carnet de bord est mon hommage.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Conso-soumission

Pour cette chronique de la censure ordinaire, je cède la plume à notre correspondant régulier Michel de Rougemont, qui met le doigt sur une conséquence cocasse, et néanmoins «lourde», de l’idéologie dominante. Les entreprises pourront-elles encore vendre leur marchandise sans faire la preuve de leur «conformité» à la bien-pensance climato-racialo-diversitaire? (Slobodan Despot)

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Exil, mode d’emploi

L’expérience de l’effondrement nous confronte à une possibilité qui n’est que très rarement pensée par l’être humain: celle d’avoir un jour à tout quitter, à tout abandonner. Possibilité magnifiquement explorée par Ernst Jünger

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Un monde en peau de léopard

À la première occasion venue, j’ai sauté dans une voiture et j’ai roulé à travers l’Europe. Pour reconquérir l’espace. Pour décaler mon point de vue, aussi, sur ce qui nous arrive. Voici ce que j’ai vu d’un balcon juché tout au bord du monde occidental…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Les anti-fêtes totalitaires

On voit aujourd’hui les crises se succéder les unes aux autres: hier le Coronavirus, aujourd’hui la révolution noire, demain, peut-être, l’effondrement de toute l’économie. Qui ne se rend compte que leur succession ne relève pas d’un simple hasard?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

La reconquête de l’espace

Le manque de temps est le stress des hommes libres. Le manque d’espace est la complainte des esclaves. Dans le monde d’après, l’espace libre sera une hallucination.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir