Un jour, peut-être, nous aurons des ascenseurs qui ne tomberont jamais en panne. Mais la sécurité technologique promise par l’«internet des objets» a un prix: le contrôle total. Sommes-nous prêts à le payer?
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER