Les fabricants de réalités

par | 20.10.2019 | En accès libre, Pain de méninges

Au cours de l’été 2002, après avoir publié dans Esquire un article que la Maison-Blanche n’aimait pas au sujet de l’ancienne directrice de communication de Bush, Karen Hughes, j’ai eu une rencontre avec un conseiller présidentiel de haut rang. L’homme a exprimé le mécontentement de la Maison-Blanche, puis il m’a dit quelque chose que je ne comprenais pas tout à fait à l’époque, mais qui, je crois maintenant, révèle le cœur même de la présidence Bush.

L’assistant a dit que les gars comme moi étaient «dans ce que nous appelons la communauté basée sur la réalité», qu’il définissait comme des gens qui «croient que des solutions émergent d’une étude judicieuse de la réalité perceptible». J’ai hoché la tête et murmuré quelque chose à propos des principes des Lumières et de l’empirisme. Il m’a interrompu. «Ce n’est plus vraiment comme ça que le monde fonctionne», a-t-il poursuivi. «Nous sommes un empire maintenant, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous, vous, étudierez cette réalité — aussi judicieusement que vous le voudrez — nous agirons encore, créant de nouvelles réalités, que vous pourrez étudier à leur tour, et c’est ainsi que les choses se mettront en place. Nous sommes les acteurs de l’histoire… et vous, vous en serez tous réduits à étudier ce que nous fabriquons.»

Rapporté par Ron Suskind, New York Times, 17 octobre 2004.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

Les vrais fascistes

Les atteintes à la liberté d’expression se sont tellement multipliées en France ces dernières années que personne n’y prête plus seulement attention. Il le faudrait quand même, car à un moment donné se pose une question qu’on ne saurait éluder: en quoi la France est-elle encore une démocratie, comme elle prétend et est supposée l’être? Ou simplement, même, un État de droit?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Terrorisme virtuel contre terrorisme réel

Quel rapport entre l’interdiction, à Paris, d’un colloque consacré à un historien décédé et les procédés terroristes qui entrent depuis 2014 dans la panoplie ordinaire du pouvoir ukrainien? Peut-être ce grand écart n’est-il pas si écarté qu’il paraît et les deux situations sont-elles plus liées qu’il n’y paraît. Fût-ce de manière paradoxale.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

De la corruption à la robotisation

Le critère de sélection n’est même plus la conformité, mais ce que les dirigeants actuels considèrent comme en étant la condition même, à savoir l’inaptitude à penser Si vous n’avez pas désappris à penser, vous devez faire une croix sur toute espérance d’avancement social.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Tucker Calson, au départ d’une révolution médiatique?

Le présentateur vedette de Fox News était un phénomène si exceptionnel, et si populaire, dans le paysage des médias *mainstream* américains, qu’on peut se demander si c’est Fox qui a viré Tucker ou Tucker qui, en partant, a enterré Fox.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Tyrannie, mode d’emploi (2)

Sommes-nous bien sûrs de ne pas aimer la tyrannie? Non, et nous le savons au moins depuis La Boétie. La majorité humaine y est au contraire très favorable. Pourquoi alors les tyrans sont-ils si sourcilleux sur les questions d’obéissance?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Tyrannie, mode d’emploi

On a pu croire un temps, dans notre Europe, que l’ère des tyrannies était révolue. C’était sans compter avec les lourdeurs de la nature humaine ni avec les ruses du pouvoir, si grossières et pourtant si efficaces. De la souveraineté exercée au nom du peuple, quelle part revient réellement à ce bon peuple?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir