Entre la Toussaint et les commémorations des cent ans de la fin de la «grande boucherie» que fut la Première Guerre mondiale, la période est à la célébration des morts. Sous l’égide de Charles Baudelaire, voyage au pays de l’histoire des morts.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER