Les voies de la colère

par | 26.02.2023 | Document, En accès libre, Slobodan Despot

Il nous a paru utile de proposer à nos lecteurs un bref aperçu de l’enseignement orthodoxe sur les passions, ici au sujet de la maîtrise de la colère. Un rappel utile en ces temps déchaînés.

Dans les langues russe et serbe, les esprits ou les démons sont nommés bessy (бесы), les enragés. Cela fait référence à la faculté qu’a la rage, ou la colère, de nous envahir à tel point que nous perdons tout contrôle de nous-mêmes, de nos pensées, de nos paroles et de nos actions. Quand la colère nous saisit et nous submerge, nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes: quelque chose s’empare de nous au point que, souvent, nous ne pouvons même plus nous reconnaître dans ces instants de possession.

Evidemment, la plupart des accès de colère ne relèvent pas de l’action directe des forces du mal, bien que nous chrétiens croyions qu’elles existent et que la perte de maîtrise de nos propres comportements, en particulier de ceux qui mènent à la violence et à la rupture des relations avec les autres, sont certainement dans leur intérêt. La colère est certainement l’une des manifestations les plus importantes, et des plus violentes, de la déchéance de notre nature et c’est l’une de ces passions que nous devons le plus nous efforcer de corriger.

La littérature ascétique recommande que toutes les passions, même la colère, soient taillées à la racine, de préférence au niveau des pensées, à la première lueur même, avant qu’elles ne se transforment en mots et surtout en actions. Or la colère surgit d’abord dans les pensées, puis elle se transforme en mots, à travers les jurons, les insultes, les disputes, et dans le pire des cas en actions, sous forme de violence directe ou — ce qui est tout aussi dangereux — d’automutilation, à travers la dynamique psychosomatique des émotions insuffisamment réprimées ou canalisées.

Cette littérature nous apprend aussi que chaque passion a sa propre énergie, qui peut être dirigée de diverses manières et dans diverses directions. En ce sens, nous ne pouvons pas simplement nier ou réprimer avec force la colère, nous devons canaliser son énergie dans une direction créative. Il existe aussi une juste colère, par quoi nous exprimons notre révolte contre l’injustice et le mensonge, mais celle-ci n’est bonne que si elle nous conduit à une action concrète et créatrice, et non à la destruction.

La maîtrise de la colère fait partie des signes et des critères d’une bonne socialisation et d’une maturation personnelle, lorsque nous admettons que nous ne pouvons pas tout obtenir ici et maintenant, que tout ne peut pas se faire selon notre volonté et que les autres ont leurs désirs et besoins, tandis que nos propres désirs et besoins impliquent aussi certaines responsabilités et certains devoirs. Chez les jeunes, l’énergie qui engendre la colère a souvent des causes hormonales, organiques, liées à l’éveil de la sexualité, alors qu’au sens psychologique, elle est surtout liée au besoin d’affirmation de soi et d’autonomie personnelle. Les fréquents accès de colère chez l’adulte sont généralement le signe d’une maturité insuffisante, c’est-à-dire d’un échec à surmonter certains défis dans leur développement.

Mieux que de maîtrise de la colère, il faudrait parler de maîtrise de soi, qui renvoie à la nécessité d’une lutte constante avec soi-même, c’est-à-dire avec cet homme déchu et tiraillé de passions qui vit en nous: c’est le sens premier de toute ascèse, qui au fond et surtout est précisément maîtrise de soi. La maîtrise de soi implique de reconnaître ses propres défauts et limites, non en nous focalisant entièrement sur eux, ce qui nous asservit potentiellement encore plus, mais en nous concentrant sur la construction d’un moi meilleur, dans lequel la figure du Christ est notre guide et le Saint-Esprit notre assistant.

Comme en toute chose, le plus important est de revoir notre rapport aux gens, de veiller à ne pas nous mettre en avant. Car la colère survient et nous nous abandonnons à elle surtout lorsque nous sommes ébranlés, lorsque nous sentons que nous sommes menacés par autrui, que le sol nous glisse sous les pieds. Nous devons reconnaître cela et nous demander pourquoi les paroles ou les actions d’autrui, ou son opinion à notre égard, ont un tel effet sur nous. Pourquoi basons-nous à ce point notre conscience de soi et notre estime de soi sur l’opinion des autres, sur la façon dont nous croyons que les autres nous voient, en quoi nous nous trompons souvent?

De même qu’il ne faut pas juger les autres, il ne faut pas non plus s’offenser à la légère, car ce sont les deux faces d’un même phénomène. Nous ne nous agiterons pas si nous ne réagissons pas «au quart de tour». Pour éviter ces réactions, il ne suffit pas de nous maîtriser consciemment dans chaque cas spécifique; encore faut-il comprendre avant tout nos propres défauts comme ceux d’autrui, en évitant d’imputer d’emblée aux autres des intentions mauvaises et de ne les juger que dans le contexte de leur rapport à nous; en d’autres termes, en ne nous mettant pas au centre de l’univers. Nous nous affranchirons d’une bonne part de notre colère en nous libérant du désir de changer les autres, et ce sur la base de nos propres critères si incertains.

En renonçant au désir de contrôler les autres et de les dominer, nous nous délierons de nombreux problèmes, en premier lieu ceux que nous nous infligeons à nous-mêmes. Une colère qui menace sans cesse d’éclater est une nuisance détestable, car elle instaure une mauvaise ambiance dans les relations et les communautés, une sorte de bombe à retardement qui peut exploser à tout moment; avec un tel état de conscience, rien de stable et de permanent ne peut être construit, surtout pas les rapports humains. C’est pourquoi l’humilité se démarque comme l’une des plus grandes vertus, sinon la plus grande. Il ne s’agit pas seulement ici de l’apaisement de la colère, mais de la prise de conscience de ses propres limites, doublée d’un amour agissant pour les autres, qui est à la base de l’humilité. L’amour éteint le feu de la colère, or il ne peut y en avoir chez celui qui se met au premier plan et s’imagine être le plus intelligent, le meilleur et le plus juste, ne manquant jamais l’occasion de le faire savoir aux autres, fût-ce d’une manière «passivement agressive». Libérons-nous et libérons les autres de nos illusions au sujet de notre grandeur et de notre importance, et tout le monde s’en portera beaucoup mieux. Et la colère aussi s’apaisera.

  • Vladimir Kolarić, né en 1975, est écrivain, essayiste et théoricien de la culture. Il vit à Belgrade. Texte original traduit du serbe par Slobodan Despot.

  • Article de Vladimir Kolarić paru dans la rubrique «Document» de l’Antipresse n° 378 du 26/02/2023.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

L’ermite des tempêtes

On hésite toujours un peu avant de dévoiler de tels lieux. Le mieux serait peut-être de l’enfermer dans l’album de souvenirs de son cœur et d’y retourner, si possible incognito, lorsque l’occasion se présente. D’un autre côté, il me semble que de ne pas en parler en ces temps troublés serait cruel,un peu comme refuser l’eau à l’assoiffé. Car la simple existence de cette forteresse, et du chevalier qui l’habite, constitue une bonne nouvelle et une défaite de l’empire du Rien.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Les cercles de déni (1/2): contagion délirante et caducité de la loi

A la différence du peuple colombien, parmi lequel elle vit, Ariane Bilheran remarque que les Français redemandent sans cesse leur dose d’illusions. Les récentes bouffées de haine et d’hypocrisie collectives illustrent cette addiction de manière éclatante.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Suicide par haine interposée

Quel rapport entre la mythomanie russophobe de Kaja Kallas et le chahut monté contre Novak Djoković à Wimbledon? Aucun, je vous assure. Juste une synchronicité. Ou de vagues soupçons de contagion haineuse?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Un ennemi pas comme les autres: un Français sur trois

Qu’est-ce que le pouvoir ne serait pas prêt à sacrifier pour «barrer la route à l’extrême droite»? Ses «valeurs»? Entendu, ce sont de toute façon des abstractions. Ses idées? D’accord, elles sont jetables. L’État de droit, ou ce qu’il en reste, aussi. Mais alors… de quel côté se trouve le vrai péril pour la démocratie?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Apocalypse selon Saint Jean (Raspail)

Que se passe-t-il quand une civilisation se meurt? Il lui arrive à peu près la même chose qu’à certains vieux aigris et revenus de tout: elle se rigidifie, se crispe sur des convictions qui ne renseignent plus sur le monde extérieur, verse dans la paranoïa — elle ne produit plus en d’autres termes que de l’idéologie. Or à quoi assistons-nous aujourd’hui sinon à un grand choc des idéologies?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Faire sécession

Nous nous côtoyons encore, mais nous ne formons plus une société. Nous voyons se défaire sous nos yeux les liens fondamentaux qui font tenir ensemble la cité. Y a-t-il encore moyen d’enrayer cette décomposition?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Des élections pour rien?

La France est encore en proie à la fièvre électorale. Trois options radicalement opposées s’offrent à elle et les extrêmes menacent d’écraser le centre. Mais que se passerait-il réellement si ces extrêmes l’emportaient?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Pacifiste, un métier à risque

Ceux qui s’engagent pour la paix dans les époques d’escalade guerrière vivent dangereusement. Les loups solitaires pullulent dans les rues et les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde. A moins que ces loups ne soient pas si solitaires que ça…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le stoïcisme comme réalité

On n’écrit plus aujourd’hui de livres de ce genre: près de mille pages, en plus d’une certaine densité, bien construit et pensé, se nourrissant d’innombrables lectures, en même temps que d’une bonne expérience de la vie et de ses difficultés. L’auteur dit qu’il a mis huit ans à l’écrire, on le croit volontiers. Ce livre a demandé en tout cas beaucoup de travail. Mais le résultat est là: un livre magnifique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Opprimer au nom de la dignité: le cas Alain Soral

La condamnation d’Alain Soral en Suisse pour délit d’opinion révèle une contradiction spectaculaire entre la loi et les principes constitutionnels. En voici une analyse juridique argumentée pointant une grave régression du droit que le système recouvre d’un voile de pudeur.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Guerre nucléaire et pulsion de mort

On aimerait dire le contraire, mais chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus du moment où nous allons très probablement basculer dans la guerre. Et quand je parle de guerre, je ne fais pas référence à la «petite guerre», celle dont il était question dans ma précédente chronique: criminalité endémique, colonisation-immigration, terrorisme au quotidien, etc.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La guerre en Europe et les leçons du conflit israélien

Guerre en Europe: où en sommes-nous? Si l’on écoute le Ministre allemand de la Défense, les Russes devraient attaquer prochainement! Mais que dit une analyse géopolitique et polémologique plus approfondie? On va le voir, celle-ci tend à mettre au jour un autre type de menace. Qu’en est-il?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir