Pacôme Thiellement : « La réalité est un scénario de série TV que je n’aime pas ! »

par | 13.12.2015 | Passager clandestin, Slobodan Despot

[Pacôme Thiellement](www.pacomethiellement.com/) est l’un des essayistes les plus captivants de la scène française au XXIe siècle. Fin connaisseur de l’ésotérisme, de la gnose et des hérésies en général, c’est aussi un critique [rock](http://www.marieclaire.fr/,cabala-led-zeppelin-occulte-de-pacome-thiellement,20158,46941.asp) et [cinéma](http://www.puf.com/Autres_Collections:La_main_gauche_de_David_Lynch._Twin_Peaks_et_la_fin_de_la_télévision) au ton unique et à l’approche inédite. Son encyclopédie consacrée à la culture pop, *[Pop Yoga](http://www.sonatine-editions.fr/livres/Pop-Yoga.asp)*, est un bijou d’érudition et d’intelligence, mais aussi un voyage métaphysique. Et on ne saurait omettre de signaler son *[Dispositif](http://www.artefact-mag.com/le-dispositif-035-la-boucle/)*, l’inclassable et fascinant projet audiovisuel qu’il développe depuis des années avec le réalisateur Thomas Bertay.
CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

On peut aussi lire…

Le grand remplacement… des cerveaux

COVID-19, le coup d’État technologique, 5 La gestion de la pandémie du coronavirus semble s’être détachée de la maladie, du bon sens et de la raison elle-même. C’est peut-être le moment d’examiner pourquoi les représentations du monde modélisées par la technologie sont aussi éloignées de la réalité. Cela viendrait-il d’un mode de pensée que nous […]

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’anti-haine, vingt-quatre heures sur vingt-quatre

Sans même savoir à quel point, nous sommes tous chargés de haine. Nos éducateurs se chargent désormais de nous mettre sur le droit chemin. Partout et sans cesse. A quoi cela nous conduit-il? Probablement pas à l’amour universel…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Patrick Gilliéron Lopreno: l’horreur de la mort (et de la naissance) administrée

Notre correspondant photographe nous propose cette semaine une chronique très personnelle, mais dont le thème est universel et central. Nous passons ce cri du cœur comme une incitation à réfléchir à la réalité des méthodes «progressistes» par lesquelles on nous propose de simplifier la mort et la vie. Il ne s’agit pas de la condamnation de l’acte d’un homme, mais plutôt d’un acte d’opposition radical à l’esprit du temps.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir