Enfumages

Mondialisme, le retour du balancier

Le «one world» serait-il passé de mode? Les prédicateurs de l’ouverture et de l’intégration tous azimuts ne baissent pas les bras, pourtant leurs homélies sonnent de plus en plus vieillot. Subtile ironie de l’histoire.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Jean-Luc Mélenchon, l’expérience d’une désillusion

Tout le monde ou presque croit que nous sommes en «démocratie». Remarquez, on a le droit de le croire. Pourquoi non? On parle aussi d’«État de droit», d’«indépendance de la justice», etc. Très rares sont les sceptiques, ceux mettant en doute l’existence de ces «acquis institutionnels». Personne, en tout état de cause, ne leur prête grande attention (je parle des sceptiques). Si nécessaire, même, on les fait taire. Quand on croit à l’existence de certaines choses, on n’aime pas trop les mécréants.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Mme Leuthardt et la stratégie du choc

Doris Leuthard est une ministre suisse. Durant une dizaine d’années elle a été en charge des transports, de la poste, et d’un certain nombre d’autres choses encore. Elle vient d’annoncer son prochain départ du gouvernement. De prime abord, on serait tenté de dire: et alors? Mais ce non-événement n’en a pas moins suscité de nombreux commentaires.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

La soviétonostalgie des très riches

Les gens ne disent pas toujours ce qu’ils pensent, mais parfois oui, quand même. Exemple, le milliardaire suédois Frederik Paulsen, cité par *Le Temps*. Ne déclarait-il pas récemment à la radio suisse qu’il *«regrettait “les critiques émotionnelles injustifiées” envers l’ancienne URSS»?*

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Aux racines de la corruption

Lorsqu’une affaire de corruption éclate au grand jour, les commentaires partent un peu dans tous les sens. Ce qui est normal, puisqu’il y a plusieurs manières d’aborder le problème.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Prêtres pédophiles: la face sombre de l’Église catholique

Chacun se rend bien compte que les scandales de pédophilie qui secouent à l’heure actuelle l’Église catholique concernent, certes, des personnes individuelles, mais au-delà de ces personnes l’institution elle-même. Non seulement, comme on le lui reproche aujourd’hui, parce qu’elle a tout fait pour les étouffer, mais plus profondément encore parce qu’on ne peut pas ne pas s’interroger sur ce qui, au fond, fait que tant de prêtres catholiques soient aujourd’hui impliqués dans ces crimes.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Gênes: l’entretien de la maison

On recommande souvent aux gens, lorsqu’ils veulent acheter une maison, de penser à ce que leur coûtera l’entretien. Ils ont peut-être l’argent nécessaire pour acheter la maison, mais ont-ils prévu les frais d’entretien? On pourrait donner ce même conseil aux décideurs publics.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Censure, pluralisme, liberté de l’information

Les difficultés de la presse sont graves. Peut-être même sont-elles insurmontables. Mais cela ne devrait pas nous conduire à tout accepter, y compris la mise sous tutelle étatique de l’information, avec à la clé l’imposition de vérités d’État.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Immigrations

L’immigration est sans conteste le problème de société n° 1 en Europe. Les questions qu’elle pose deviennent partout de plus en plus aiguës. Mais il y a fort à parier que c’est d’abord en France qu’elle se transformeront en tragédies. Voici pourquoi.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus