Pascal Vandenberghe

Pascal Vandenberghe

Rédacteur

Editeur, libraire et commerçant dans une autre vie, Pascal Vandenberghe signe depuis la trente-neuvième semaine de l’Antipresse, sous son nom de guerre de Cannibale lecteur, des chroniques de livres qui se distinguent autant par leur nécessité que par leur indifférence totale à l’actualité.

Au fil du temps, il a constitué une véritable bibliothèque de l’honnête homme, nous donnant non seulement des raisons de lire des livres auxquels nous n’aurions jamais songé, mais encore des motifs de nous croire plus intelligents que nous ne sommes.

Son manifeste de lecteur-prescripteur pourrait être celui de l’adorable Léon Werth :

La critique littéraire ne doit pas se contenter de parler des livres à la mode ni des auteurs connus dont on devine qu’ils seront lus par les critiques contemporains, ceux qui, comme disait Jaurès, se contentent de promener “leur âme au milieu des chefs-d’œuvre”. La première règle d’un bon journaliste, s’il en est une au moins, est de ne jamais parier sur l’inculture de ses lecteurs et de ne jamais miser sur leur indifférence à l’égard de ce qu’ils ne connaissent pas, mais dont rien n’autorise à penser qu’ils ne voudraient pas le connaître. (Gilles Heuré, L’insoumis. Léon Werth. 1878-1955, éd. Viviane Hamy.)

Les articles de Pascal Vandenberghe

La troisième vie de Stefan Zweig

30 janvier 1933: Hitler est nommé chancelier par le président Hindenburg. Dès octobre, Zweig quittera l’Autriche et passera le plus clair de son temps à l’étranger, en particulier à Londres, où il emménagera officiellement en mars 1936. Il effectue encore quelques séjours en Autriche, à Salzbourg et à Vienne, jusqu’en mars 1938 et l’*Anschluss*, l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, mais n’y reviendra plus ensuite jusqu’à sa mort, en février 1942 à Petrópolis, au Brésil. Cette «troisième vie» est à mes yeux une période de sa création littéraire des plus fructueuses.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

La deuxième vie de Stefan Zweig

La période «salzbourgeoise» de Zweig, qui s’étala de 1919, à l’issue de la Première Guerre mondiale, à l’accession d’Hitler au pouvoir en Allemagne, en janvier 1933, fut celle du succès et de la gloire internationale. Mais plus que d’autres, il perçut très tôt les nuages qui s’accumulaient au-dessus de l’Europe.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

La première vie de Stefan Zweig

Robert Laffont vient de publier un recueil de textes de Stefan Zweig, pour la plupart inédits en français. Il s’agit de treize articles parus dans des journaux autrichiens et allemands entre août 1914 et octobre 1918, c’est-à-dire entre le déclenchement et la fin de la Première Guerre mondiale.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Rien que la vérité, toute la vérité?

Comme aurait dit notre ami Vialatte: «La vérité remonte à la nuit des temps»! Elle prend son sens en tout cas avec l’apparition des premiers historiens, Hérodote et surtout Thucycide, au Ve siècle av. J.-C.; elle sera l’objet de controverses et de fâcheries à de nombreuses reprises au fil de l’Histoire, et elle est plus que jamais un sujet à l’ère de la diffusion de l’«information» tous azimuts, internet et réseaux dits «sociaux» obligent. Mais la vérité est-elle une valeur en soi, ou n’a-t-elle de vertu qu’utilitaire? Est-elle un devoir absolu? Petite visite du concept de vérité à travers le livre de Bernard Williams, *Vérité et Véracité. Essai de généalogie*.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Prix et mépris (littéraire)

En choisissant d’inclure dans sa première sélection 2018 un ouvrage autopublié par Amazon, le jury du prix Renaudot a lancé un message incompréhensible aux acteurs du monde du livre, en particulier aux libraires. Version longue de la chronique publiée ce jour dans *Le Matin Dimanche*, dont le format ne permettait pas de développer certains aspects non négligeables de cette «petite affaire» qui agite le-monde-des-lettres.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Et tout le reste n’est que littérature (2)

*Pour Sganarelle* n’est pas que la préface d’une trilogie intitulée «Frère Océan»: comme on l’a vu, c’est également un plaidoyer pour le Roman. Et c’est aussi, comme le dit le sous-titre, la «Recherche d’un personnage et d’un roman», dont Gary esquisse les traits principaux tout au long du livre. Entrons dans l’univers romanesque de Romain Kacew/Romain Gary/Fosco Sinibaldi/Shatan Bogat/Émile Ajar, par ordre d’apparition en scène de notre saltimbanque à la recherche du «roman total».

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Et tout le reste n’est que littérature (1)

Pas assez diplomate pour la chancellerie, trop éloigné des genres littéraires dominants du moment pour le monde des Lettres, Romain Gary, l’homme aux multiples noms et facettes, était un iconoclaste inclassable qui fut à la recherche du «roman total» et ne put obtenir la reconnaissance de son génie par ses pairs, lui qui était, selon ses propres dires, «un peu cosaque et tatare, mâtiné de juif». Un marginal comme on les aime!

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Monsieur Léon, le meilleur ami du monde (3)

Après un périple de trente-trois jours pour effectuer le voyage de Paris à Saint-Amour, dans le Jura français, Léon Werth et sa femme arrivent en juillet 1940 à Chantemerle, leur résidence d’été. Werth y restera jusqu’en janvier 1944. Il tiendra un journal, qui s’achève le 26 août 1944 sur l’image de De Gaulle descendant les Champs-Élysées dans Paris libéré, après quatre ans d’occupation allemande.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Monsieur Léon, le meilleur ami du monde (1)

Si le nom de Léon Werth a survécu, ce fut longtemps pour la simple raison qu’il est le dédicataire, en tant que «meilleur ami du monde», du *Petit Prince* d’Antoine de Saint-Exupéry. Plus qu’un écrivain, Werth fut d’abord un témoin passionné et passionnant de cette seconde «guerre de trente ans», qui s’étala de 1914 à 1944.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Et c’est ainsi que Vialatte est grand (3)

Si les deux volumes des chroniques de Vialatte publiées dans *La Montagne* entre 1952 et 1971[1], dont nous avons rendu compte dans les deux derniers numéros du Drone, offrent l’intérêt d’une certaine continuité, celles qui sont reprises dans *Résumons-nous*[2] présentent quant à elles celui d’une plus grande diversité, à la fois dans le temps et par les médias dans lesquels elles furent publiées à l’origine.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Et c’est ainsi que Vialatte est grand (2)

C’est pure coïncidence si ce centième épisode de Cannibale Lecteur est consacré au chroniqueur qui a renouvelé le genre de la chronique littéraire, le vénéré Alexandre Vialatte. Après avoir relaté rapidement son parcours la semaine dernière, petit florilège d’extraits de ses chroniques cette semaine.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus