Slobodan Despot

Slobodan Despot

Fondateur / Directeur / Rédacteur

Son nom n’est pas un pseudonyme! Suisse d’origine serbo-croate, Slobodan Despot a baigné dans le livre toute sa vie. Traducteur, directeur de collections puis directeur adjoint des éditions L’Age d’Homme, il a été le cofondateur en 2006 des éditions Xenia, qu’il dirige actuellement. Il a traduit une trentaine de livres de quatre langues et collaboré à la publication de centaines d’autres.

Dans ses nombreuses vies parallèles, Slobodan Despot a été photographe, directeur de magazines, porte-parole de Franz Weber, conseiller en communication, parolier et surtout romancier (Le Miel et Le Rayon bleu, aux éditions Gallimard).

« Les peuples où les hommes pensent que la littérature n’est qu’un loisir sont des peuples perdus. La littérature est un plaisir, mais non un loisir ni une distraction. La littérature, c’est la sève même de la vie, restituée de manière infalsifiable. La littérature ment en permanence pour dire le vrai, mais un écrivain qui ment à son lecteur n’est pas un bon écrivain et ne restera pas. La sincérité totale est la première vertu d’un auteur. C’est sans doute pourquoi Victor Hugo écrivait nu. »

«Hommes sans littérature, hommes sans échine», Antipresse n° 22, 1.5.2016.

Les articles de Slobodan Despot

Zeitgeist

Faire partie d’un jury n’est jamais facile. Au festival du cinéma de Küstendorf, cette mission s’est doublée d’une quête: la poursuite éperdue de l’esprit du temps. Contraints d’avancer leur départ à cause d’un événement familial, Matt Dillon et son amie ont fait leurs bagages dare-dare pour rejoindre l’aéroport par hélico. Mais au dernier moment, ils […]

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

L’archipel de l’iniquité

C’est arrivé près de chez vous, et cela va recommencer. Quoi ? Le rapt d’enfants. Par qui ? Par l’État. Quand l’administration se substitue aux *«comprachicos» de Victor Hugo et décide qu’elle défendra mieux les intérêts de votre enfant que vous, vous devez vous demander dans quelle société vous vivez.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Qu’est-ce que la France ? (1) : Régis de Castelnau

La France est-elle entrée en révolution ? De quoi l’insurrection des gilets jaunes est-elle le symptôme ? Le moment est propice aux grandes remises en question. Nous avons donc demandé à des personnalités très diverses de nous dire ce qu’est la France aujourd’hui, ce qu’elle peut être demain et quelle est leur propre place au sein de cette destinée.

lire plus

La fabrique du Drone

Le Drone de l’Antipresse vient d’accomplir son premier tour de calendrier. Voici 52 semaines que nous avons lancé cette version PDF de l’Antipresse et nous sommes fiers de n’en avoir manqué aucune. Ce premier anniversaire est l’occasion de lever un coin du rideau sur ses coulisses… mais aussi de montrer pourquoi la gratuité de l’information sur l’internet est la plus colossale des fake news!

lire plus

Presse et fric

L’absence de caractère bénéficie de la considération, le caractère est traîné dans la boue, l’injustice célébrée comme ordre universel divin, les dommages sociaux recouverts par des mouches — bref: vulgarité, mensonge, corruption; corruption au sens le plus bas: tout...

lire plus

Pour un prix Darwin du journalisme

L’histoire qui suit n’a, à première vue, qu’une portée locale. Il s’agit d’une péripétie parmi d’autres liées à l’affaire Dominique Giroud qui passionne les médias de Suisse romande. Elle illustre toutefois par un exemple concret la manière dont la presse professionnelle s’est elle-même discréditée jusqu’à tomber au ras du caniveau pour ensuite implorer son sauvetage par les subsides d’Etat.

lire plus

31 décembre 2018

*Un conte du Nouvel Age*

Minuit approchait dans la crique des Népenthès. L’an 2018 n’avait plus qu’une heure à vivre, mais les oiseaux de la jungle dans son dos n’en avaient rien à faire. Leur caquetage sans ponctuation résonnait le long de la plage comme toutes les autres nuits et tous les autres jours. Les pieds enfoncés dans le sable humide, Jade contemplait le scintillement des rayons de Lune sur les eaux et pensait intensément à la Pologne. Au loin, quelques nuages s’accrochaient aux crêtes de l’île de Komodo. Elle n’y voyait plus que les naïves lanières de ouate que sa mère disséminait jadis dans toute la maison « pour que le père Noël se sente comme chez soi ».

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Fulgurances malapartiennes

Aux hommes libres il ne reste plus bien longtemps pour rire. Il avait commencé à tâter, en lui-même, l’épaisseur de la croûte de la civilisation : et il était effrayé de découvrir à quel point cette croûte était mince.  C’est bien des années après, pendant la guerre...

lire plus

Anno Domini 2018

Quand on l’ausculte depuis les salons d’un bel hôtel ancien des bords du lac Léman, le bruit du temps prend soudain des tonalités feutrées. Mais c’est alors, peut-être, qu’il nous donne à entendre sa mélodie la plus fine. Pendant que son thé refroidissait dans sa...

lire plus