fbpx
Slobodan Despot

Slobodan Despot

Fondateur / Directeur / Rédacteur

Son nom n’est pas un pseudonyme! Suisse d’origine serbo-croate, Slobodan Despot a baigné dans le livre toute sa vie. Traducteur, directeur de collections puis directeur adjoint des éditions L’Age d’Homme, il a été le cofondateur en 2006 des éditions Xenia, qu’il dirige actuellement. Il a traduit une trentaine de livres de quatre langues et collaboré à la publication de centaines d’autres.

Dans ses nombreuses vies parallèles, Slobodan Despot a été photographe, directeur de magazines, porte-parole de Franz Weber, conseiller en communication, parolier et surtout romancier (Le Miel et Le Rayon bleu, aux éditions Gallimard).

« Les peuples où les hommes pensent que la littérature n’est qu’un loisir sont des peuples perdus. La littérature est un plaisir, mais non un loisir ni une distraction. La littérature, c’est la sève même de la vie, restituée de manière infalsifiable. La littérature ment en permanence pour dire le vrai, mais un écrivain qui ment à son lecteur n’est pas un bon écrivain et ne restera pas. La sincérité totale est la première vertu d’un auteur. C’est sans doute pourquoi Victor Hugo écrivait nu. »

«Hommes sans littérature, hommes sans échine», Antipresse n° 22, 1.5.2016.

Les articles de Slobodan Despot

La libération de Notre-Dame

«La piste criminelle est un cauchemar, mais la piste accidentelle est pire. D’un côté, on aurait affaire, dans le «système» ou hors de lui, à des criminels hideux mais capables. De l’autre, à des jean-foutre absolus, sans aucune valeur, qui auraient tellement dépouillé et désorganisé l’État qu’il n’est plus capable de veiller efficacement sur le premier monument de France (et son plus gros atout touristique).»

lire plus

Bernard Wicht: Fin des Unions d’États (UE, OTAN) et triomphe des acteurs non-étatiques

En 1992 (date du vote suisse sur l’EEE), le récit «anti-isolationnise» avait toute sa pertinence. En 2019, il est totalement dépassé. Pourtant, une grande partie de la classe politique suisse continue de le servir à chaque occasion aux citoyennes et citoyens du pays. C’est notamment le cas en ce moment dans le cadre du référendum contre la Directive Européenne sur les armes et sa mise en œuvre en droit suisse.

lire plus

Eric Werner: «Légitimité de l’autodéfense»

En parallèle avec ses chroniques régulières dans l’Antipresse, notre contributeur Eric Werner poursuit son œuvre de philosophe et de penseur de l’époque. Le sujet de son nouvel ouvrage, de fait, s’avère très proche de ses «désenfumages» qu’on peut lire dans nos colonnes. Nous avons par conséquent décidé d’en faire le premier titre d’une collection publiée en collaboration avec les éditions Xenia. Remontant aux sources classiques, Eric Werner développe ici les conditions et les conséquences d’un basculement des citoyens vers l’autodéfense. Un sujet à la fois intemporel et… brûlant dans la perspective de la votation sur les armes qui aura lieu en Suisse au mois de mai. Extrait.

lire plus

Le vœu satanique

Plus rien ne vaut au contraire, ou tout s’équivaut – et c’est le temps du vrai nihilisme – quand le devenir intérieur de la vie, et tous les savoirs qui lui étaient liés, toutes les formes de culture qui en étaient l’expression, cèdent la place à la connaissance...

lire plus

In memoriam: Franz Weber (1927-2019) par Slobodan Despot

C’est un très grand homme qui vient de quitter cette vallée de ciment. J’aime à penser que son âme libérée est descendue sans bruit jusqu’au fin fond de la Serbie, vers l’enceinte circulaire du monastère de Studenica. Et que c’est depuis ce lieu immémorial et sacré, qu’il avait contribué à sauvegarder contre un monstrueux projet de barrage et qu’il considérait comme un «portail du ciel», qu’elle s’est définitivement affranchie des lourdeurs terrestres. «Studenica», me répétait-il parfois en regardant au loin, comme son lointain précurseur aurait dit «Ithaque». Il n’est pas d’être plus émotif que les vrais héros. Leur *pathos* est la risée des médiocres et la barre d’uranium de leur réacteur à exploits.

lire plus

Le livre des métamorphoses et des multitudes

(Carnet de route à travers l’Eurasie)
Parti samedi d’Оulan-Oudé, capitale de la Bouriatie, je suis descendu au sud-est vers Pékin à travers la Mongolie, et de là sud-ouest sur Shanghaï. Des antiques voitures-lits aux TGV chinois, du désert glacé aux mégapoles brumeuses du monde de demain, les contrastes sont saisissants. Que nous disent-ils sur notre devenir?

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus