fbpx
Slobodan Despot

Slobodan Despot

Fondateur / Directeur / Rédacteur

Son nom n’est pas un pseudonyme! Suisse d’origine serbo-croate, Slobodan Despot a baigné dans le livre toute sa vie. Traducteur, directeur de collections puis directeur adjoint des éditions L’Age d’Homme, il a été le cofondateur en 2006 des éditions Xenia, qu’il dirige actuellement. Il a traduit une trentaine de livres de quatre langues et collaboré à la publication de centaines d’autres.

Dans ses nombreuses vies parallèles, Slobodan Despot a été photographe, directeur de magazines, porte-parole de Franz Weber, conseiller en communication, parolier et surtout romancier (Le Miel et Le Rayon bleu, aux éditions Gallimard).

« Les peuples où les hommes pensent que la littérature n’est qu’un loisir sont des peuples perdus. La littérature est un plaisir, mais non un loisir ni une distraction. La littérature, c’est la sève même de la vie, restituée de manière infalsifiable. La littérature ment en permanence pour dire le vrai, mais un écrivain qui ment à son lecteur n’est pas un bon écrivain et ne restera pas. La sincérité totale est la première vertu d’un auteur. C’est sans doute pourquoi Victor Hugo écrivait nu. »

«Hommes sans littérature, hommes sans échine», Antipresse n° 22, 1.5.2016.

Les articles de Slobodan Despot

Philippe Roch: sortir de la spirale aveugle de la croissance

Ancien directeur du WWF Suisse, ancien secrétaire d’Etat et directeur de l’Office fédéral de l’environnement, Philippe Roch est une figure historique et universellement respectée de la lutte pour l’environnement en Suisse. Dans son dernier ouvrage, il avance avec tact et prudence la proposition tabou: s’engager délibérément sur la voie de la décroissance.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Singés

L’adhésion du jeune loup ultralibéral Ludovic Jean d’Arroste, alias Ludo Jeanda, au Comité interpartis pour le moratoire sur la 5G a fait l’effet d’un séisme. Personne n’a compris le volte-face d’un des *geeks* les plus en vue de la Confédération, qui d’ordinaire saluait chaque innovation avant même que le deuxième «n» se soit imprimé sur son écran.…

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

De la déception

Rien ne nous blesse, ne nous empoisonne, ne nous rend malade comme la déception. Car la déception est une douleur qui vient toujours d'un espoir envolé, une défaite de la confiance trahie par le revirement d'une personne ou d'une chose en laquelle nous croyions. Et...

lire plus

Rendez-nous nos peurs (et gardez vos angoisses)!

Nous sommes tiraillés par l’angoisse. L’angoisse est la plus fidèle compagne de l’humanité civilisée. Depuis plus d’un siècle, elle constitue un gisement philosophique lourdement surexploité. L’homme archaïque, ancré des deux pieds dans la réalité, connaît la peur. Mais de la peur à l’angoisse, il y a la même distance que celle séparant l’homme archaïque de l’homme moderne.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus