Nous sommes tous submergés de courriers électroniques — dont un grand nombre de sollicitations à la limite du spam. Comment nous en sortir ? Nous entourer de barrières ? Ou engager, demain, un petit robot trieur et répondeur, un *chatbot* à l’intelligence presque humaine ? Est-ce vraiment une bonne idée?
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER