fbpx
On a longtemps considéré que l’antimodernisme prôné par le nazisme allait de pair avec un rejet de la modernité technologique; l’obsession pour un passé mythique, l’attachement à une tradition culturelle firent pourtant bon ménage avec un culte voué à la technologie. C’est ce que démontre Jeffrey Herf dans «Le modernisme réactionnaire.»
Contenu accessible à la communauté de l'Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER