ANTIPRESSE

Le monde à livre ouvert

L’Antipresse est une lettre de réflexion dirigée par Slobodan Despot qui paraît tous les dimanches matin depuis le 6 décembre 2015. Entre culture, littérature, philosophie, science et géopolitique, l’Antipresse propose une chronique « à livre ouvert » et sans concessions de notre époque. Manifeste

Le Drone

De l’Antipresse

Tous les dimanches matin, le magazine Antipresse dans votre boîte mail !

Nos rubriques

Le Bruit du Temps

« Des choses au-delà des chose s» (Victor Hugo) — Au fil des semaines, la chronique d’une époque effrénée et le journal de bord d’un écrivain. Par Slobodan Despot.

Cannibale Lecteur

La lecture, c’est l’intelligence du monde… Une bibliothèque pertinente et inactuelle, provocante et essentielle, par un insatiable dévoreur de livres. Par Pascal Vandenberghe.

Angle mort

Les manœuvres incompréhensibles du « grand jeu » géopolitique, ou la mise ne lumière de ce que vous ne devez surtout pas voir. Par Fernand Le Pic.

Enfumages

Mieux vaut comprendre que subir : les manipulations et les techniques du pouvoir expliquées par un philosophe. Par Éric Werner.

Futurisk

L’avenir technologique est prometteur… mais pour qui ? Les prospectives et les mises en garde d’un avocat spécialiste du droit de l’internet. Par Sébatien Fanti.

La poire d'angoisse

Un observatoire permanent de la censure quotidienne, ou l’art de nous faire taire illustré par l’exemple. Par Slobodan Despot.

Reconquêtes

Notre souveraineté commence par nous-mêmes. Petits guides pour la compréhension et la maîtrise de notre environnement immédiat. Par Slobodan Despot.

Passager clandestin

Tribunes libres, entretiens, documents… Les « compagnons de route » occasionnels de l’Antipresse ont tous des choses à dire.

Sur ces mots

Le langage médiatique use et abuse des mots. Et si l’on revenait à leur sens premier ? Par Arnaud Dotézac.

Pain de méninges

Pourquoi se les creuser quand d’autres l’ont fait à notre place ? Des citations d’auteurs qui nous font douter, rêver ou réfléchir.

En libre accès

Eric Werner: «Légitimité de l’autodéfense»

En parallèle avec ses chroniques régulières dans l’Antipresse, notre contributeur Eric Werner poursuit son œuvre de philosophe et de penseur de l’époque. Le sujet de son nouvel ouvrage, de fait, s’avère très proche de ses «désenfumages» qu’on peut lire dans nos colonnes. Nous avons par conséquent décidé d’en faire le premier titre d’une collection publiée en collaboration avec les éditions Xenia. Remontant aux sources classiques, Eric Werner développe ici les conditions et les conséquences d’un basculement des citoyens vers l’autodéfense. Un sujet à la fois intemporel et… brûlant dans la perspective de la votation sur les armes qui aura lieu en Suisse au mois de mai. Extrait.

lire plus

Derniers articles

Culture et barbarie

J’avais prévu de vous entretenir cette semaine de Karel Čapek (sa vie, son œuvre). Mais «Tchapek» attendra, une urgence existentielle étant survenue entre-temps, qui mérite une réponse littéraire documentée avec l’aide de Michel Henry et Jacques Ellul, pour cette chronique que j’aurais aussi pu titrer, comme un polar: «Main basse sur la culture».

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Eric Werner: «Légitimité de l’autodéfense»

En parallèle avec ses chroniques régulières dans l’Antipresse, notre contributeur Eric Werner poursuit son œuvre de philosophe et de penseur de l’époque. Le sujet de son nouvel ouvrage, de fait, s’avère très proche de ses «désenfumages» qu’on peut lire dans nos colonnes. Nous avons par conséquent décidé d’en faire le premier titre d’une collection publiée en collaboration avec les éditions Xenia. Remontant aux sources classiques, Eric Werner développe ici les conditions et les conséquences d’un basculement des citoyens vers l’autodéfense. Un sujet à la fois intemporel et… brûlant dans la perspective de la votation sur les armes qui aura lieu en Suisse au mois de mai. Extrait.

lire plus

La mandragore qui chante

Comment s’extraire d’un monde désenchanté lorsque sa vision nous désespère? Comment survivre lorsque l’on est hypersensible et que l’on vit dans une époque faite de bouleversements sociaux et idéologiques extraordinaires et sanglants? En s’en échappant par les songes, en construisant des fantaisies et des contes fantastiques, comme un sursis, un apaisement à même d’offrir un refuge à un esprit torturé. Par exemple en faisant un petit détour par la maisonnette de la Fée aux Miettes.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

In memoriam: Franz Weber (1927-2019) par Slobodan Despot

C’est un très grand homme qui vient de quitter cette vallée de ciment. J’aime à penser que son âme libérée est descendue sans bruit jusqu’au fin fond de la Serbie, vers l’enceinte circulaire du monastère de Studenica. Et que c’est depuis ce lieu immémorial et sacré, qu’il avait contribué à sauvegarder contre un monstrueux projet de barrage et qu’il considérait comme un «portail du ciel», qu’elle s’est définitivement affranchie des lourdeurs terrestres. «Studenica», me répétait-il parfois en regardant au loin, comme son lointain précurseur aurait dit «Ithaque». Il n’est pas d’être plus émotif que les vrais héros. Leur *pathos* est la risée des médiocres et la barre d’uranium de leur réacteur à exploits.

lire plus

Accrochez-vous ici pour affronter nos

Toutes les brèves de l’Antipresse