Littérature

Retraite en Russie

*Carnet de route à travers l’Eurasie* — Deux ans après mon premier séjour sur le lac Baïkal, j’ai donc repris le large. En 2017, j’étais resté un mois entier sur les rives austères du lac gelé. Cette fois, la retraite de jeûne est raccourcie de moitié, mais elle se poursuivra par un voyage *express* en train à travers la Mongolie, le nord-est de la Chine et jusqu’à Hong Kong, tout au sud. Il donnera sans doute lieu à des reportages ou des analyses par la suite. Pour les lecteurs de l’Antipresse, je livre ici, en vrac, mon journal de voyage.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

De l’art de la contre-enquête littéraire

Lire des essais littéraires sérieux est bien souvent un remède aux insomnies. En revanche, quand on a affaire à un essayiste joueur et malicieux, cela devient un vrai plaisir. Quand celui-ci se fait de surcroît enquêteur littéraire, et arrive à nous prouver que les auteurs de romans policiers se trompent parfois d’assassin dans leurs propres livres, cela devient du grand art!

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Les princes de l’Hiver (2)

Durant une période de service militaire dans la ville de son enfance, un homme déjà mûr essaie de retrouver ses camarades d’école par l’annuaire téléphonique. Il finit par contacter Evelyne, son premier béguin — mais le regrette aussitôt. Qu’avait-il à s’inviter dans la vie de cette femme? Ils finissent tout de même par se rencontrer.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Les princes de l’Hiver (1)

*Un conte du Nouvel Age*

Pour sa dernière période sous les drapeaux, on l’avait envoyé dans cette bourgade alpestre où il avait passé son enfance. Le service militaire, chez les Suisses, s’étirait jusque dans la trentaine tardive, à coups de deux ou trois semaines par an. On appelait cela des «cours de répétition». Les siens lui servaient surtout à répéter ses classiques. Sur son épaulette, il ne portait ni carabine, ni grenade, mais une plume.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

La bohème littéraire

Enfermé sans jugement pendant quatre ans à la Bastille, libéré en 1788 suite à l’intervention du «protecteur» de sa femme, Pelleport mit à profit ce long séjour dans la célèbre prison pour écrire. Si l’on aurait pu s’attendre à ce que, à l’instar d’autres écrivains emprisonnés, il rédigeât le récit de son expérience de prisonnier comme victime des lettres de cachet, il n’en fit rien, préférant écrire un roman étonnant et détonant.

lire plus

Les Rousseau du ruisseau

S’ils remontaient aux intrigues de cour du XVIIe siècle, aux guerres de religion du XVIe siècle, aux luttes de pouvoir dans l’Italie de la Renaissance, avec l’Arétin, et à la littérature de la Grèce et de la Rome antiques, avec Procope, les «libelles», ces écrits anonymes diffamatoires et calomnieux rédigés par d’obscurs écrivaillons qualifiés de «Rousseau du ruisseau», occupèrent une place prépondérante dans la littérature publiée durant les règnes de Louis XV et de Louis XVI.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Thomas Hardy, noirceur et pessimisme (2)

« Les histoires d’amour finissent mal » : on pourrait être tenté de résumer ainsi l’œuvre de Thomas Hardy, mais ce serait bien réducteur ! Car sa littérature est un questionnement profond sur le destin de l’Homme, sur la société de son temps et ce carcan moraliste dans lequel la société victorienne était engoncée, et que son œuvre a poussée dans ses retranchements et mise face à son hypocrisie.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Thomas Hardy, noirceur et pessimisme (1)

Emblématique de l’époque victorienne, l’écrivain Thomas Hardy a laissé une forte et durable empreinte sur la littérature anglaise durant un demi-siècle. Ses préoccupations métaphysiques sur la place de l’homme dans l’univers, qui s’inscrivent dans la ruralité du sud-ouest de l’Angleterre, lui valent une réputation universelle.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l’Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

La fabrique du Drone

Le Drone de l’Antipresse vient d’accomplir son premier tour de calendrier. Voici 52 semaines que nous avons lancé cette version PDF de l’Antipresse et nous sommes fiers de n’en avoir manqué aucune. Ce premier anniversaire est l’occasion de lever un coin du rideau sur ses coulisses… mais aussi de montrer pourquoi la gratuité de l’information sur l’internet est la plus colossale des fake news!

lire plus