fbpx

Philosophie

Petite cure de calassothérapie

Les auteurs écrivent des livres. Les écrivains bâtissent une œuvre. C’est toute la différence. C’est ainsi que Roberto Calasso reprend comme titre de son dernier livre une phrase sibylline de son premier ouvrage paru en 1983. Et poursuit ou plutôt approfondit une réflexion engagée il y a plus de trente ans.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Raymond Aron, «professeur d’hygiène intellectuelle» (4)

Pour Marx, la religion était l’opium du peuple. Pour Aron, le communisme était devenu l’opium des intellectuels. La polémique déclenchée par ce livre, publié en 1955, fut, après de multiples brouilles, le coup de grâce dans la relation d’Aron avec son «petit camarade» Sartre.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Raymond Aron à Londres: naissance d’un «spectateur engagé» (3)

C’est durant les années de guerre qu’il passe à Londres que Raymond Aron va se prendre de passion pour le journalisme, passion qui retardera ensuite sa carrière universitaire par le choix qu’il fera au sortir de la guerre.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Raymond Aron: l’apprentissage de la lucidité (2)

Après avoir assisté à Berlin à l’accession d’Hitler au pouvoir en janvier 1933, tournera définitivement la page pacifiste. Son séjour en Allemagne formera la base de sa construction intellectuelle.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Raymond Aron, interprète de Clausewitz

Qu’est-ce que la guerre? À la suite de Clausewitz, Raymond Aron s’est efforcé de «penser la guerre» dans un livre qui a marqué son temps. En quoi ce livre éclaire-t-il également le nôtre?

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Raymond Aron: les années de formation (1)

Durant plusieurs décennies, on nous serina qu’il valait mieux «avoir tort avec Sartre que raison avec Aron». Cette sentence sans équivoque amena ma génération — parmi d’autres — à s’interdire de s’intéresser à l’œuvre et la pensée d’Aron.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER

lire plus

Climato quoi?

La querelle autour du climat a déjà fait une victime: le scepticisme! Allons voir de plus près ce qu’est le scepticisme au sens philosophique du terme, et ce que nous pouvons encore en retirer.

lire plus

Raisons de vivre, raisons d’écrire

Quel sens, pour moi, cela a-t-il d’écrire dans l’Antipresse? Il m’est souvent arrivé dans la vie de me dire: mais qu’est-ce que tu fais là? C’est une petite voix intérieure qui me le disait. Là, en revanche, pas de petite voix. Je me sens à la bonne place, au bon endroit.

lire plus

Saint-Maurice, à l’école des enfants terribles (Aveux publics, 6)

L’individu commence à exister au moment où il dit «non». Un bon système d’éducation est celui qui lui donne la liberté *et les moyens* de dire non, y compris aux idées et aux principes qui l’encadrent. Les cinq années que j’ai passées à Saint-Maurice ont été la période de formation la plus intense de ma vie.

lire plus