fbpx

Philosophie

Saint-Maurice, à l’école des enfants terribles (Aveux publics, 6)

L’individu commence à exister au moment où il dit «non». Un bon système d’éducation est celui qui lui donne la liberté *et les moyens* de dire non, y compris aux idées et aux principes qui l’encadrent. Les cinq années que j’ai passées à Saint-Maurice ont été la période de formation la plus intense de ma vie.

lire plus

La littérature comme guide et comme philosophie (Aveux publics, 5)

J’aurais aimé avoir une éducation littéraire suivie et encadrée. En réalité, elle fut chaotique et arbitraire: je lisais tout ce qui me tombait sous la main. Mais comme aurait dit Victor Hugo: prenez n’importe quel livre, c’est déjà mieux que presque tout le reste.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Lire Pessoa: un cauchemar somptueux (3)

Dernier épisode de notre mini-série consacrée à Pessoa, dans laquelle nous revenons sur l’acte créatif pessoanien, avant de conclure en nous intéressant à son chef-d’œuvre en prose, «Le livre de l’intranquillité.»

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Fernando Pessoa et ses doubles (2)

Après avoir brossé le rapide portrait de Fernando Pessoa la semaine dernière, venons-en à son œuvre, dans les deux domaines qui firent de lui, à titre posthume, d’abord l’un des plus grands poètes portugais, puis, quelques décennies plus tard, l’un des plus grands prosateurs. Commençons par l’œuvre poétique.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Fernando Pessoa: l’échec de sa vie, la gloire après sa mort (1)

Quasi inconnu de son vivant, Fernando Pessoa fut ensuite reconnu, d’abord comme un grand poète, puis comme un grand écrivain, avant d’être considéré comme l’un des plus grands — si ce n’est le plus grand — écrivain portugais du XXe siècle. Le lire est une aventure non dénuée de risques.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

De la haine

On le sait, il ne se passe pas de jour sans que les dirigeants et les médias officiels n’en viennent à fustiger ce qu’ils appellent les «discours de haine», en particulier sur Internet. Eux-mêmes, faut-il le préciser, ne sont que douceur, amour du prochain, tolérance, etc. Ce n’est jamais moi qui suis haineux, c’est toujours […]

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Le voyageur et son ombre

Jamais sans doute la pensée et les écrits d’un philosophe ne furent autant détournés, interprétés, utilisés à mauvais escient que ceux de Friedrich Nietzsche. L’actuelle récupération de Nietzsche par les pseudo-philosophes du développement personnel est-elle moins condamnable et dommageable que celles qui la précédèrent, des nationalistes allemands de l’entre-deux-guerres aux nazis?

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Écrire pour être lu ou pour un public?

Roth et le Carré seront encore lus dans deux cents ans. C’est toute la différence entre un « écrivain » qui écrit pour être lu et un « auteur » qui écrit pour un public : le premier trouvera des lecteurs dans la postérité, le second disparaîtra avec son public.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus

Penser avec Hannah Arendt (3)

Laissant volontairement en suspens le problème de la vérité, l’une des grandes qualités de «La crise de la culture» est qu’il a pour seul but de nous aider à comprendre comment penser, sans jamais chercher à nous dire quoi penser.

Contenu accessible à la communauté de l’Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER
lire plus