Les Européens donnent l’impression de s’agiter pour conserver leurs contrats iraniens, pourtant déjà illégaux en droit américain, depuis le retrait des États-Unis du «Joint Comprehensive Plan of Action». Sont-ils sincères et déterminés? Rien n’est moins sûr.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER