Les médias de grand chemin sont-ils contrôlés par un politburo invisible? Les campagnes de diabolisation de la Russie se succèdent à une telle cadence qu’on peine à les analyser une par une. DU coup, les ficelles et les partis pris s’affichent de manière de plus en plus grossière.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER