Le public est-il devenu la Belle au bois dormant, attendant le baiser du réveil au milieu d’un château endormi? Si tel est le cas, le prince charmant qui la tirera de son sommeil ne semble pas devoir venir des médias de grand chemin.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER