L’effervescence règne dans les couloirs de Bruxelles. Comment va-t-on bien remonter les bretelles aux mauvaises recrues, à commencer par Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie? Par exemple, en violant en cascade ses propres procédures. Lesquelles n’ont de toute façon rien de démocratique…
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER