La signature du traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle a donné lieu à une véritable bataille de « fake news ». La France a-t-elle vraiment « cédé » à Aix l’Alsace et son siège au Conseil de sécurité, ou s’agit-il d’accusations orientées ? Notre chroniqueur géopolitique Arnaud Dotézac, à son habitude, est allé à la source des faits et à la racine des mots. Il n’y a rien trouvé de rassurant.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER