«Désinvité» régulier de l’Antipresse (et auteur de la rubrique «Sur ces mots»), Arnaud Dotézac nous livre quelques observations aiguës sur la grande célébration du centenaire de l’Armistice et la scénographie mondialiste qui la sous-tend.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER