fbpx
Notre explorateur des zones d’ombre de l’actualité internationale a marqué l’anniversaire de Hiroshima et Nagasaki par une transposition glaçante. Comment aurait-on réagi si les premières victimes de l’atome n’avaient pas été des «jaunes» mais de bons Européens? Et pourquoi avons-nous cessé de nous en soucier?
Contenu accessible à la communauté de l'Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER