Complot, coïncidence, fatalité ? L’attentat du marché de Noël à Strasbourg a donné lieu à un flot d’interprétations et d’accusations mutuelles et, de fait, rejeté au second plan la jacquerie des Gilets jaunes. En dernière minute, notre contributeur régulier Arnaud Dotézac nous livre quelques faits et réflexions sur la nature exacte des relations entre l’assassin et le pouvoir qui le « suivait ».
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER