Quand on évoque les bouleversements climatiques à venir, on les associe volontiers à la fin des temps, ou encore à la fin de l’espèce humaine. C’est très exagéré.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER