De l’importance de soigner sa barbe

par | 18.11.2018 | Reconquêtes, Slobodan Despot

George Bernard Show, barbu notoire, explique dans l’une de ses divagations pourquoi il ne s’est jamais rasé. A l’age de cinq ans, il observait le rituel de rasage de son père dans sa salle de bain. «Père», lui demanda-t-il, «pourquoi vous rasez-vous? — C’est vrai, pourquoi?» L’humoriste affirme que son père déconcerté ne toucha plus jamais au rasoir et se laissa pousser une barbe de patriarche. Le fils, bien entendu, lui emboîta le pas.
CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

On peut aussi lire…

Les yeux grands fermés

A quoi bon fouiller le dessous des cartes quand leur face visible vous dit déjà tout? Ou comment notre esprit se laisse séduire par des récits qui prétendent donner un sens au chaos ambiant. Et comment s’arracher à cette séduction…

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le juste, le rebelle, le lanceur d’alerte

L’éducation est une question de modèles. Les exemples que nous nous choisissons contribuent à façonner notre destin. En un temps coupé la fois de son passé et de son avenir, peut-on encore cultiver de telles filiations?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Olivier Moos: les Jacobins de l’Antiracisme

Olivier Moos nous a proposé en 2019 une réflexion posée sur les idées directrices de la grève des femmes du 14 juin. Cette fois-ci, il se penche de manière rationnelle et distanciée sur le phénomène «Black Lives Matter».

Suisse: l’abécédaire des votations du 27 septembre

Cinq objets à trancher pour la seule journée du 27 septembre:: les Helvètes ont de quoi mordiller leur crayon. De A (Avions de combat) à Z (Zoologie), la liste des sujets ressemble à un catalogue de curiosités dressé par Pierre Dac. Certains sont essentiels.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Philanthropes, escrocs et tueurs à gages

L’action réelle des «philanthropes» globalistes semble venir d’un monde parallèle. L’illusion est si massive qu’elle s’impose comme la réalité de référence. Celui qui la conteste au nom de la raison est logiquement traité de fou.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir

neque. porta. lectus amet, Phasellus accumsan at ultricies Donec sem,