Nous avons reçu ce témoignage poignant de notre ami Denis Ducatel, traducteur et éditeur suisse, aujourd’hui bénévole pour une organisation humanitaire française. Nous le transmettons tel quel. (SD)
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER