La semaine dernière, deux pays commémoraient une singulière coïncidence : le 400e anniversaire de la mort de leurs grands écrivains, le même 23 avril 1616. L’importance accordée (ou non) à ces jubilés en dit long sur la santé desdites nations et de la population en général.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER