Cet automne, les Suisses votent (entre autres sujets capitaux) sur un élargissement des possibilités de surveillance à l’encontre des fraudeurs à l’assurance. Le bénéfice vaut-il le risque?
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER