Loi CO2 en Suisse: et si l’on s’arrêtait de respirer?

par | 30.05.2021 | En accès libre, La poire d’angoisse

Le mieux est l’ennemi du bien, disait-on jadis en Suisse. Comme le bien ne suffit pas, l’administration alliée à l’aile écolo-dirigiste propose de réduire férocement les émissions de CO~2 dans le pays. Mais personne ne songe à s’interroger sur l’impact concret de cet effort de taxation et de réglementation.

Comme la Suisse ne vit pas isolée du reste de l’atmosphère terrestre, il est instructif de mettre en perspective cette initiative idéaliste en regard de l’environnement global.

Solution n° 1: interdire à l’humanité de respirer(1)

Un être humain produit en moyenne, par sa seule respiration, environ 1 kg de CO~2 par jour.

Rapporté à la population mondiale, cela représente 7.9 milliards de kg par jour, ou 2.88 milliards de tonnes de CO~2 par année.

La croissance de la population mondiale est de 1.1% par an, soit, par la seule respiration de ses habitants, une augmentation de 31.7 millions de tonnes de CO~2 chaque année.

La Suisse produit environ 40 millions de tonnes de CO~2 par année, dues à la consommation d’énergies fossiles, tous secteurs confondus (transport, chauffage, industrie,…)

Si la Suisse applique une politique «carbone neutre» en votant la loi CO~2, ce sont donc 40 millions de tonnes de CO~2 par année qu’il faudrait faire disparaître.

Ces 40 millions de tonnes seront compensés en moins de 16 mois par la seule augmentation de la population humaine, agissant comme source de CO~2 simplement en respirant…

Alors que les conséquences de ce «virtue signalling» sur la population suisse déploieront leurs effets pendant des décennies…

Solution n° 2: arrêter totalement l’économie globale

L’activité humaine produit globalement 36.44 milliards de tonnes de CO~2 annuellement (2019).

Entre 2000 et 2019, la croissance de CO~2 a été de 1.97 % par an.

En supposant une croissance de CO~2 réduite à 1.3% par an (efforts faits globalement), la quantité de CO~2 supplémentaire produite serait donc de 36.44 mia x 1.3% = 473 millions de tonnes de CO~2 tous les 12 mois.

La Suisse produit environ 40 millions de tonnes de CO~2 par année (0.11 % du CO~2 mondial), dues à la consommation d’énergies fossiles, tous secteurs confondus (transport, chauffage, industrie,…)

Si la Suisse applique une politique «carbone neutre» en votant la loi CO~2, ce sont donc 40 millions de tonnes de CO~2 par année qu’il faudrait faire disparaître.

Ces 40 millions de tonnes seront compensés en un mois par la seule augmentation de l’activité économique mondiale…

En d’autres termes, les effets attendus d’un vote positif le 13 juin seraient complètement compensés (annulés) le 13 juillet qui suit!

Alors que les Suisses continueront à en souffrir en 2035, 2050 et au-delà.

Conclusion: et si l’on cessait de donner des leçons au monde?

On le voit par ces calculs simples: cette nouvelle couche de bureaucratisation de l’activité économique — et de la vie quotidienne — en Suisse n’aurait aucun impact sur l’environnement. A moins de placer le pays sous une cloche de verre, bien entendu. Certes, diront nos idéalistes, mais il faut bien que quelqu’un donne l’exemple. Quelle dose de présomption faut-il avoir pour penser que les économies en développement, la Chine, l’Indonésie ou le Mexique cesseront de respirer pour suivre l’exemple de la vieille Suisse, prêchant du haut de son niveau de vie inégalable?

Une réaction d’incrédulité, ou de rire, est beaucoup plus probable.

  • Jean-Christophe de Mestral est physicien, financier, entrepreneur, municipal, proche du terrain, conférencier — notamment dans le domaine de l’énergie — et passionné de physique du climat.
NOTE
  1. Ces chiffres, soulignons-le, sont des mises en perspective, et ne correspondent pas forcément à une réalité physique! On nous rétorquera qu’un être humain est du point de vue du carbone un «système fermé» puisqu’il ingère le CO~2 capturé par sa nourriture avant de le ré-émettre par sa respiration… Mais la terre est aussi un système fermé à ce point de vue, et l’atmosphère un système quasi-fermé (le taux de CO~2 fluctue tout de même).

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel ou Lecteur-mensuel.

La littérature contre le délire (Journal de Coronafoirus, 13)

La menace sanitaire s’est transformée en dystopie, en prison mentale. Pour couper les voies de retraite, on nous dissocie de la mémoire commune de l’humanité — de la culture en somme. C’est pourquoi la littérature reste l’un des meilleurs antidotes à l’aliénation.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Suisse-UE: le pays réel l’emporte!

Le gouvernement suisse, de manière assez surprenante, a rejeté l’accord-cadre avec l’UE quelques jours après que celle-ci eut refusé de modifier les points inacceptables pour la Confédération(1). Cette décision qui favorise le pays réel, le pays qui travaille, a été critiquée aussi bien par la gauche idéaliste que par la droite affairiste. La déception de ces partis en dit long sur leur vision du pays.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Psychopathologie du totalitarisme (3/3)

Il ne faut pas confondre totalitarisme avec dictature ou tyrannie. Le totalitarisme est une dérive mentale collective, une folie présentant l’apparence de la raison et du discours argumenté. On la reconnaît notamment à son déni de la réalité et à son délire de persécution justifiant la persécution d’autrui. Dans ce mini-feuilleton, Ariane Bilheran nous présente les caractères essentiels de cette psychopathologie.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

La criminalité en mouvement

On va évoquer ici un roman de Vladimir Volkoff, *Le Bouclage*, publié il y a une trentaine d’années, en 1990. La date de publication est importante. Nous sommes au lendemain de la chute du mur de Berlin (1989). Chacun, à l’époque, eut clairement conscience qu’une page était en train de se tourner dans l’histoire du monde. On avait basculé dans autre chose. Mais quoi au juste?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

ProtonMail, le croche-pied suisse dans l’intrigue biélorusse

Le «détournement» du vol RyanAir Athènes-Vilnius par la Biélorussie suscite des ondes de choc largement amplifiées par les distorsions médiatiques. L’une des plus significatives parmi ces distorsions vient de Suisse — mais elle n’est guère publicisée. C’est pourquoi l’Antipresse s’y intéresse.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Sauvés malgré nous (Autodressages, 2)

Nos rééducations collectives de ces dernières décennies sont-elles le fruit de la nécessité, du hasard ou d’une ingéniérie sociale? Et le remède, au bout du compte, ne serait-il pas pire que le mal?

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir