Loi CO2 en Suisse: et si l’on s’arrêtait de respirer?

par | 30.05.2021 | En accès libre, La poire d’angoisse

Le mieux est l’ennemi du bien, disait-on jadis en Suisse. Comme le bien ne suffit pas, l’administration alliée à l’aile écolo-dirigiste propose de réduire férocement les émissions de CO~2 dans le pays. Mais personne ne songe à s’interroger sur l’impact concret de cet effort de taxation et de réglementation.

Comme la Suisse ne vit pas isolée du reste de l’atmosphère terrestre, il est instructif de mettre en perspective cette initiative idéaliste en regard de l’environnement global.

Solution n° 1: interdire à l’humanité de respirer(1)

Un être humain produit en moyenne, par sa seule respiration, environ 1 kg de CO~2 par jour.

Rapporté à la population mondiale, cela représente 7.9 milliards de kg par jour, ou 2.88 milliards de tonnes de CO~2 par année.

La croissance de la population mondiale est de 1.1% par an, soit, par la seule respiration de ses habitants, une augmentation de 31.7 millions de tonnes de CO~2 chaque année.

La Suisse produit environ 40 millions de tonnes de CO~2 par année, dues à la consommation d’énergies fossiles, tous secteurs confondus (transport, chauffage, industrie,…)

Si la Suisse applique une politique «carbone neutre» en votant la loi CO~2, ce sont donc 40 millions de tonnes de CO~2 par année qu’il faudrait faire disparaître.

Ces 40 millions de tonnes seront compensés en moins de 16 mois par la seule augmentation de la population humaine, agissant comme source de CO~2 simplement en respirant…

Alors que les conséquences de ce «virtue signalling» sur la population suisse déploieront leurs effets pendant des décennies…

Solution n° 2: arrêter totalement l’économie globale

L’activité humaine produit globalement 36.44 milliards de tonnes de CO~2 annuellement (2019).

Entre 2000 et 2019, la croissance de CO~2 a été de 1.97 % par an.

En supposant une croissance de CO~2 réduite à 1.3% par an (efforts faits globalement), la quantité de CO~2 supplémentaire produite serait donc de 36.44 mia x 1.3% = 473 millions de tonnes de CO~2 tous les 12 mois.

La Suisse produit environ 40 millions de tonnes de CO~2 par année (0.11 % du CO~2 mondial), dues à la consommation d’énergies fossiles, tous secteurs confondus (transport, chauffage, industrie,…)

Si la Suisse applique une politique «carbone neutre» en votant la loi CO~2, ce sont donc 40 millions de tonnes de CO~2 par année qu’il faudrait faire disparaître.

Ces 40 millions de tonnes seront compensés en un mois par la seule augmentation de l’activité économique mondiale…

En d’autres termes, les effets attendus d’un vote positif le 13 juin seraient complètement compensés (annulés) le 13 juillet qui suit!

Alors que les Suisses continueront à en souffrir en 2035, 2050 et au-delà.

Conclusion: et si l’on cessait de donner des leçons au monde?

On le voit par ces calculs simples: cette nouvelle couche de bureaucratisation de l’activité économique — et de la vie quotidienne — en Suisse n’aurait aucun impact sur l’environnement. A moins de placer le pays sous une cloche de verre, bien entendu. Certes, diront nos idéalistes, mais il faut bien que quelqu’un donne l’exemple. Quelle dose de présomption faut-il avoir pour penser que les économies en développement, la Chine, l’Indonésie ou le Mexique cesseront de respirer pour suivre l’exemple de la vieille Suisse, prêchant du haut de son niveau de vie inégalable?

Une réaction d’incrédulité, ou de rire, est beaucoup plus probable.

  • Jean-Christophe de Mestral est physicien, financier, entrepreneur, municipal, proche du terrain, conférencier — notamment dans le domaine de l’énergie — et passionné de physique du climat.
NOTE
  1. Ces chiffres, soulignons-le, sont des mises en perspective, et ne correspondent pas forcément à une réalité physique! On nous rétorquera qu’un être humain est du point de vue du carbone un «système fermé» puisqu’il ingère le CO~2 capturé par sa nourriture avant de le ré-émettre par sa respiration… Mais la terre est aussi un système fermé à ce point de vue, et l’atmosphère un système quasi-fermé (le taux de CO~2 fluctue tout de même).

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel, Nomade-mensuel, Lecteur-annuel or Lecteur-mensuel.

Avant que ne parlent les armes… (2)

Pour ne pas être toujours en retard d’une guerre, voire de deux, il ne faut bien sûr pas abuser des comparaisons. Mais on a le droit aussi de rappeler qu’en règle générale, la révolte ou la résistance (qu’importe ici le vocabulaire) est d’abord un choix individuel.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Ernst Wolff: le coup d’État du système financier-numérique (1/2)

De deux choses l’une: soit la gestion en tous points catastrophique de la crise du Covid-19 est un signe d’abrutissement terminal des élites dirigeantes de la planète, soit elle correspond à une intention perverse où «le pire est le mieux». Dans une conférence d’une demi-heure, Ernst Wolff documente la piste d’un naufrage délibéré de l’économie mondiale, en d’autres termes de l’accomplissement du «Grand Reset» tel que décrit et voulu en toutes lettres par le WEF de Davos.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Les «Écrits corsaires» de Pasolini

Ces écrits sont une compilation de textes et d’articles publiés dans les journaux italiens entre 1973 et 1974. Ils évoquent des thèmes sociaux et sociétaux variés. Ils mettent en lumière une pensée originale, d’une clarté et d’une intelligence inouïes.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Halte aux agissements illégaux du gouvernement suisse!

Mandaté par un groupe de citoyens préoccupés par la dérive autoritaire de leur gouvernement, l’avocat sédunois Jacques Schrœter a adressé deux lettres au Conseil fédéral suisse restées sans réponse. Après l’introduction du pass sanitaire le 8 septembre, il a adressé aux «sept sages» une mise en demeure les sommant de mettre fin à des agissements réprimés par le Code pénal suisse, notamment la contrainte (art. 181) et la propagation de maladies de l’homme (art. 231). Le groupe de citoyens appuyant son action a dépassé les 200 personnes et croît quotidiennement. La non-réponse étant devenue une tactique ordinaire chez les autorités, nous publions ici cette lettre d’une clarté et d’une franchise remarquables, en exhortant tous les Suisses à la méditer et à la diffuser.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

Avant que ne parlent les armes…

Face aux mesures liberticides qui déferlent en cascade, la population paraît désespérément passive et résignée. Mais ne faudrait-il pas y regarder d’un peu plus près? L’histoire des résistances nous y invite…

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

9/11, les pleins pouvoirs à l’absurde

Nous avons passé le vingtième anniversaire des attaques du Onze-Septembre et une grande partie de l’humanité ne l’aura même pas remarqué, tant elle est empêtrée dans les «mesures» censées combattre une terrible pandémie à 0,3% de létalité. Encore moins aura-t-elle eu l’idée de faire le rapport entre ceci et cela. Alors qu’il y aurait de quoi.

CONFIDENTIEL
Les abonnés reçoivent cet article dans leur lettre hebdomadaire.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir