Le «one world» serait-il passé de mode? Les prédicateurs de l’ouverture et de l’intégration tous azimuts ne baissent pas les bras, pourtant leurs homélies sonnent de plus en plus vieillot. Subtile ironie de l’histoire.
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER