fbpx
Les cahiers de doléances français seront bientôt dépouillés et savamment interprétés. Cette restauration d’une coutume d’Ancien Régime n’est certainement pas pour déplaire au locataire élyséen, au point qu’il pourrait en oublier les douleurs signifiées. Le président qui se plaisait récemment à rappeler que sa police n’avait encore endeuillé aucun «complice du pire», les aurait sans […]
Contenu accessible à la communauté de l'Antipresse. Déjà membre ? SE CONNECTER | Pas encore ? S’ABONNER