Photographe d’agence et artiste indépendant, Patrick Gilliéron Lopreno est un chercheur de beauté doublé d’un méditant. Son nouveau livre, Eloge de l’invisible (éd. Till Schaap) accomplit l’exploit de mettre en lumière, justement, ces filaments qui enrichissent la réalité sur un autre plan et que l’âme seule perçoit. Le texte qui suit est la préface de Slobodan Despot à ce livre exigeant et insolite.

Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER