Un chien peut être dévoré par un lion, dit le proverbe, mais plus sûrement par les puces. C’est à pas de puces qu’on nous prive de nos libertés. Par exemple, en supprimant la monnaie liquide. Y avons-nous suffisamment prêté attention ?
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER