*Carnet de route à travers l’Eurasie*
A la découverte de Shenzhen, ville-utopie et repaire de pirates de l’ère numérique. Ce «prodige» technologique et urbanistique ne serait-il pas avant tout la «monnaie de la pièce» de la colonisation occidentale?**
Ce contenu est réservé aux abonnés de l'Antipresse. Déjà abonné(e) ? SE CONNECTER | Pas encore ? S'ABONNER