Caractéristiques de l’«homme nouveau»

par | 6.10.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot

Quoi de plus réaliste, que cette «mutation», le «nouvel homme»? Il est l’homme sans racine, discontinu avec un passé que le Nihilisme a détruit, la matière première du rêve de tout démagogue; Le «penseur libre» et le sceptique, fermé seulement à la vérité mais «ouvert» à chaque nouvelle mode intellectuelle car il n’a pas de fondement intellectuel; Le «chercheur» après une «nouvelle révélation», prêt à croire quelque chose de nouveau parce que la vraie foi a été anéantie en lui; Le planificateur et l’expérimentateur, adorant le «fait» parce qu’il a abandonné la vérité, voyant le monde comme un vaste laboratoire dans lequel il est libre de déterminer ce qui est «possible»; L’homme autonome, prétendant à l’humilité de ne demander que ses «droits», mais plein de fierté qui attend que tout lui soit donné dans un monde où rien n’est autoritairement interdit; L’homme du moment, sans conscience ni valeurs, et donc à la merci du «stimulant» le plus fort; Le «rebelle», détestant toute la retenue et l’autorité parce qu’il est lui-même son propre et unique dieu; «L’homme de masse», ce nouveau barbare, «complètement réduit» et «simplifié» et capable uniquement des idées les plus élémentaires, mais méprisant celui qui présume de souligner les choses supérieures ou la vraie complexité de la vie.

— Father Seraphim Rose, Nihilism. Trad. française de Claude Lopez-Ginisty.

On peut aussi lire…

Michel Rosenzweig: Le masque et la vie

Le masque est devenu le signe de soumission sans lequel il n’est pas pensable de sortir de chez soi. Une si humiliante contrainte pour quelle menace? se demande le philosophe et psychanalyste Michel Rosenzweig. Et où est passé le sens commun de l’humanité?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Airs de flûte et colères bestiales

De la fête galante à l’insurrection et de l’insurrection à la dislocation sociale: la séquence révolutionnaire est foudroyante, comme on l’a vu en 1789. La multiplication des émeutes en est l’un des symptômes.

Alain et Martine Zind: sur les chemins d’Urbain V

Du 16 juin au 3 juillet, Alain et Martine Zind sont partis explorer les terres du sixième pape d’Avignon. Ils nous proposent ce grand bol d’air et de silence plus que bienvenu par ces temps d’anxiété et de restriction.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

1789-2020, les leçons concrètes de l’histoire

Sanctification des voyous, déboulonnement des valeurs qui fondent la collectivité, un pouvoir qui appelle «incivilités» des émeutes meurtrières et confesse ne plus vouloir regarder la réalité en face… Cela s’est déjà vu, cela s’appelle révolution. Ou dissolution. Ou les deux.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

La machine à gouverner

Le spectacle de l’humanité terrorisée par le Covid-19 oscille entre la folie et la bêtise épaisse. Mais on peut le voir aussi comme les premiers pas, forcément grotesques, d’un monstre encore balbutiant.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

New York Times, la spirale de l’obscurantisme

Bari Weiss n’avait rien d’une militante sulfureuse: jeune, dégourdie, centriste de conviction, auteur de *Comment combattre l’antisémitisme*, elle avait tout pour plaire à Manhattan. Elle a pourtant quitté la rédaction du *New York Times* à cause du climat d’intolérance qui s’y est installé.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir