Pain de méninges

Le miracle de la conscience

J’ai toujours, devant les yeux, l’image de ma première nuit de vol en Argentine, une nuit sombre où scintillaient seules, comme des étoiles, les rares lumières éparses dans la plaine. Chacune signalait, dans cet océan de ténèbres, le miracle d’une conscience. Dans ce... lire plus

La guerre au-delà de la guerre

Les rêveurs de paix perpétuelle et de désarmement universel s’imaginent que les luttes guerrières sont les plus désastreuses. Elles font périr en bloc, en effet, un grand nombre d’individus: mais il semble bien probable que les luttes industrielles et commerciales qui... lire plus

Post-démocratie totalitaire

Notre époque n’est pas seulement postcommuniste, elle est aussi postdémocratique! Nous sommes témoins de l’instauration d’un totalitarisme démocratique ou, si vous préférez, d’une démocratie totalitaire. (…) La démocratie se retire graduellement de l’organisation... lire plus

Mieux vaut ne pas trop creuser

La littérature, tout comme la science, s’intéresse surtout à des êtres vicieux et retors, des maniaques, des délinquants, et, de toute façon, des créatures singulières et nuisibles à la société. L’étude de tels sujets et de leurs motivations et agissements peut nous... lire plus

L’amour frivole et l’amour profond

Je ne sais pas si j’ai jamais appris quoi que ce soit! J’ai appris à avoir un foyer heureux, mais je me considère chanceuse à cet égard, car j’aurais pu passer à côté. Tout le monde a un côté superficiel et un côté profond, mais notre culture n’accorde pas beaucoup de... lire plus

La technosphère

Si nous assemblons l’ensemble de ce tableau de la technosphère, nous voyons une intelligence mondiale émergente qui déteste toutes les formes de vie, aime la physique et la chimie, déteste tout ce qu’elle ne peut pas dominer ou contrôler, est habile à utiliser les... lire plus

N’exagérez jamais!

C’est faire en homme sage de ne parler jamais en superlatifs, car cette manière de parler blesse toujours, ou la vérité, ou la prudence. Les exagérations sont autant de prostitutions de la réputation, en ce qu’elles découvrent la petitesse de l’entendement et le... lire plus

Une société sans art

L’homme moderne, universel, c’est l’homme pressé, il n’a pas le temps, il est prisonnier de la nécessité, il ne comprend pas qu’une chose puisse ne pas être utile ; il ne comprend pas non plus que, dans le fond, c’est l’utile qui peut être un poids inutile, accablant.... lire plus

Une culture sans rapport avec la vie

Jamais, quand c’est la vie elle-même qui s’en va, on n’a autant parlé de civilisation et de culture. Et il y a un étrange parallélisme entre cet effondrement généralisé de la vie qui est à la base de la démoralisation actuelle et le souci d’une culture qui n’a jamais... lire plus