Ces révolutionnaires, quelles âmes sensibles!

par | 7.04.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot


« Les conventionnels se piquaient d’être les plus bénins des hommes: bons pères, bons fils bons maris, ils menaient promener les petits enfants ; ils leurs servaient de nourrices; ils pleuraient de tendresse à leurs simples jeux, ils prenaient doucement dans leurs bras ces petit agneaux afin de leur montrer le dada des charrettes qui conduisaient les victimes au supplice. Ils chantaient la nature, la paix, la pitié, la bienfaisance, la candeur, les vertus domestiques; ces béats de la philanthropie faisaient couper le cou à leurs voisins avec une extrême sensibilité et pour le plus grand bonheur de l’espèce humaine. »

Chateaubriand, Mémoires d’outre tombe, livre 9 ch. 2 (proposé par notre lecteur Philippe Tommasi)

Dans la même rubrique

Le meilleur avant-goût de l’éternité

Comme dans des crises précédentes qui ont conduit à des interventions gouvernementales censées être provisoires, les nouvelles initiatives vont vraisemblablement rester en place une fois que la crise sera passée. Ronald Reagan assimilait un programme de gouvernement...

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir