De la déception

par | 5.05.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot


Rien ne nous blesse, ne nous empoisonne, ne nous rend malade comme la déception. Car la déception est une douleur qui vient toujours d’un espoir envolé, une défaite de la confiance trahie par le revirement d’une personne ou d’une chose en laquelle nous croyions. Et alors l’on se sent trompé, ridiculisé, humilié. Victime d’une injustice inattendue, d’un échec qu’on ne méritait pas. On se sent encore offensé, ridicule, si bien que parfois l’on cherche à se venger. Un choix qui peut soulager, avouons-le, mais qui apporte rarement la joie et qui coûte souvent plus cher que le pardon.

Oriana Fallaci, Un chapeau plein de cerises

On peut aussi lire…

Glaces sociales et nouveau monde

De l’avant-guerre civile à la guerre civile proprement dite, il n’y a qu’un pas. Composé de mille petits effondrements successifs. Volontaires ou non?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Le culte mensonger des «faits»

Sitôt que quelqu’un regarde derrière le rideau de l’information préfabriquée, il est montré du doigt. Ce n’est pas dû à une nervosité momentanée, mais à la nature même du système.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Michel Rosenzweig: Le masque et la vie

Le masque est devenu le signe de soumission sans lequel il n’est pas pensable de sortir de chez soi. Une si humiliante contrainte pour quelle menace? se demande le philosophe et psychanalyste Michel Rosenzweig. Et où est passé le sens commun de l’humanité?

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

Airs de flûte et colères bestiales

De la fête galante à l’insurrection et de l’insurrection à la dislocation sociale: la séquence révolutionnaire est foudroyante, comme on l’a vu en 1789. La multiplication des émeutes en est l’un des symptômes.

Alain et Martine Zind: sur les chemins d’Urbain V

Du 16 juin au 3 juillet, Alain et Martine Zind sont partis explorer les terres du sixième pape d’Avignon. Ils nous proposent ce grand bol d’air et de silence plus que bienvenu par ces temps d’anxiété et de restriction.

CONFIDENTIEL
Les abonnés ont déjà reçu cet article dans leur lettre.
SE CONNECTER S’ABONNER

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir