De la déception

par | 5.05.2019 | En accès libre, Pain de méninges, Slobodan Despot


Rien ne nous blesse, ne nous empoisonne, ne nous rend malade comme la déception. Car la déception est une douleur qui vient toujours d’un espoir envolé, une défaite de la confiance trahie par le revirement d’une personne ou d’une chose en laquelle nous croyions. Et alors l’on se sent trompé, ridiculisé, humilié. Victime d’une injustice inattendue, d’un échec qu’on ne méritait pas. On se sent encore offensé, ridicule, si bien que parfois l’on cherche à se venger. Un choix qui peut soulager, avouons-le, mais qui apporte rarement la joie et qui coûte souvent plus cher que le pardon.

Oriana Fallaci, Un chapeau plein de cerises

Dans la même rubrique

Le meilleur avant-goût de l’éternité

Comme dans des crises précédentes qui ont conduit à des interventions gouvernementales censées être provisoires, les nouvelles initiatives vont vraisemblablement rester en place une fois que la crise sera passée. Ronald Reagan assimilait un programme de gouvernement...

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir