De la servitude aéronautique

par | 11.08.2019 | En accès libre, Futurisk, Sébastien Fanti

Après la tentative piteuse d’il y a une dizaine d’années, le gouvernement suisse s’est remis en quête d’un avion de combat. Mais à quoi lui servirait une arme que son producteur peut désactiver ou espionner à sa guise ? Et si la vraie solution de sécurité et de souveraineté se trouvait dans l’espace ?

8 août 2019

Tom Shark prend connaissance des récents articles consacrés à la prochaine acquisition d’un nouvel avion de combat par la Suisse. Il constate avec effroi la candeur des décideurs helvétiques qui pensent pouvoir assurer leur indépendance en exigeant des engagements écrits et un accès complet au code source de tous les logiciels liés aux appareils. La protection des données des futurs avions de combat semble éveiller certaines consciences, à l’instar de ce qui s’était produit lors de l’acquisition par la police bâloise de véhicules de marque Tesla qui comportaient notamment des possibilités d’écoute des conversations ayant lieu dans l’habitacle. C’est toutefois la résignation qui prévaut: les principaux acteurs du dossier mettent en exergue la dépendance de la Suisse, ainsi que les risques de fuite ou de vols de données. Reste à savoir l’intensité de cette dépendance et à en mesurer les risques.

Tom sourit intérieurement. Manifestement les journalistes n’ont pas appréhendé l’étendue des problèmes inhérents à ce genre de marchés… La règle est simple: personne ne va vendre du matériel de guerre sans s’assurer que jamais celui-ci ne pourra être utilisé à son encontre ou à l’encontre de ses alliés! L’affaire des missiles Exocet et du destroyer britannique Sheffield est encore dans toutes les mémoires. À la lecture des conditions d’utilisation du F35 américain, il peut être constaté que les appareils sont dotés de systèmes de verrouillage et que chaque matin un nouveau code doit être introduit pour permettre à l’avion de décoller. Autrement et simplement dit, l’avion est inopérationnel sans l’accord des États-Unis d’Amérique. Seule la Grande-Bretagne, allié historique, peut utiliser l’appareil sans restrictions. Le problème n’est donc pas celui des données transmises, mais plutôt celui du servage vis-à-vis du pays du constructeur et de l’ensemble de ses alliés. Soyons clairs: ces avions ne serviront jamais à autre chose qu’à l’accomplissement de tâches de police aérienne.

21 août 2022

Tom Shark est rivé à son petit écran. Son pays minuscule, la Suisse, s’apprête à mettre en orbite son premier satellite de défense spatiale active. Suite au vote négatif des Suisses à l’automne 2020, il a fallu trouver une solution pour assurer une sécurité minimale avec le même budget qui était prévu pour l’achat des avions de combat, soit 6 milliards de francs suisses. L’expert désigné par la Conseillère fédérale Viola Amherd, un ancien cosmonaute, a alors proposé cette voie innovante. Personne ne le sait ou presque, mais la Suisse dispose, en sus d’une industrie de défense aguerrie, de compétences reconnues dans le domaine spatial. Elle a notamment fourni des satellites, dont CHEOPS intégrant des télescopes d’observation des exoplanètes. Après avoir analysé les politiques des pays voisins, les hauts fonctionnaires du Département de la défense ont opté pour une déclinaison de la stratégie française qui vise à éviter une arsernalisation de l’espace. C’est ainsi qu’un premier satellite d’observation (OGGI1) a été mis en orbite avec des capacités d’écoute et de renseignement stupéfiantes. La conflictualité spatiale a même été intégrée au concept de neutralité large qui prévaut désormais: ne jamais attaquer, mais être prêt à riposter sans délai! Le lancement de ce deuxième satellite dit de dissuasion passive vise à compléter l’arsenal spatial et à assurer une autonomie stratégique. Ses capacités lui permettent de protéger l’espace aérien helvétique et lui proscrivent toute action ailleurs. La miniaturisation des composants de même que l’industrialisation des processus de conception permettent désormais à chaque pays de développer ce pan de sa stratégie de défense. Mais surtout d’éviter toute interférence extérieure susceptible d’entraver, voire d’annihiler, un éventuel engagement.

L’électronique embarquée dans les différents outils de la guerre moderne constitue à n’en point douter leur talon d’Achille. En sus d’offrir une cible à l’adversaire, elle constitue une formidable opportunité pour les États producteurs de réguler les conflits. Seule une autarcie stratégique (illusoire à ce stade) pourrait permettre d’y échapper. L’avenir appartiendra à ceux qui pourront maîtriser les composants de la chaîne de défense et ainsi garantir une réelle indépendance. Et pour ce faire, une industrie d’armement indépendante est nécessaire.

  • Article de Sébastien Fanti paru dans la rubrique «Futurisk» de l’Antipresse n° 193 du 11/08/2019.

On peut aussi lire…

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Club-annuel, Nomade-annuel or Lecteur-annuel.

L’effondrement (3)

Ce qu’il y a d’intéressant dans le développement actuel, c’est la symétrie observable entre politique intérieure et extérieure. Les deux vont de pair. D’un côté, un bellicisme virant de plus en plus à l’hystérie, de l’autre une accélération de la dérive autocratique.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’école des terroristes: les prémices de la Révolution russe

La révolution d’Octobre en Russie fit officiellement basculer le monde dans l’ère totalitaire. Elle fut précédée d’une intense lutte politique, sociale et idéologique dont le terrorisme fut l’un des fers de lance. Un «témoin de l’histoire», imaginé par un romancier russe, a livré la psychologie des jeunes militants qui se sacrifièrent pour l’instauration d’un rêve de liberté qui finit en cauchemar. Est-ce un hasard si le roman portait en sous-titre «le livre des fins»?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Pologne, entre rébellion et servitude

S’il existe encore de vraies figures de dissidents en Europe, Mateusz Piskorski en fait indubitablement partie. Ce professeur et homme politique polonais a payé ses convictions par la prison dans la Pologne dite démocratique. Dans cet entretien réalisé par Alexandra Klucznik-Schaller voici quelques semaines, il livre un regard franc et décentré sur la Pologne, la démocratie moderne, la Russie et l’empire anglo-saxon — et, par-dessus tout, sur cette servitude volontaire qui caractérise les élites européennes au XXIe siècle.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’effondrement (2)

Il est des moments où nous ne pouvons faire autrement que de nous opposer. La réticence morale s’étend à tout notre être et le fait s’arc-bouter, physiquement. A toutes les époques de terreur et de déclin, des consciences solitaires se sont élevées ainsi face aux abus du pouvoir, faisant parfois basculer l’histoire. Notre époque n’y fait pas exception. Nous avons longuement parlé la semaine dernière du dernier livre d’Emmanuel Todd, La défaite de l’Occident, livre en lequel celui-ci décrit la folie des élites occidentales, folie qu’il faut entendre au sens strict: elles sont hors réalité. En arrière-plan, la guerre en Ukraine qu’elles sont effectivement en train de perdre, faute, tout simplement, d’avoir les moyens de la mener. Guerre, au demeurant, profondément contraire aux intérêts de l’Europe, comme le souligne à plusieurs reprises Emmanuel Todd. Mais elles n’en ont cure, et c’est peut-être ce qu’il y a de plus inquiétant. L’élargissement à […]

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’effondrement

L’historien et anthropologue Emmanuel Todd, qui avait prédit avec quinze ans d’avance la chute de l’URSS, vient de publier *La défaite de l’Occident*. Il y livre un diagnostic plus profond encore que ce que promet le titre ou le sujet initial de son essai: l’échec total de l’OTAN en Ukraine.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’armée suisse présente son trou noir

Non, ce n’est pas une arme secrète, c’est juste l’armée suisse qui se met à la page: comme tout le monde, elle a désormais son ministre au féminin et son gouffre sans fond. On découvre en effet avec stupeur qu’il manque un milliard de francs dans son budget. Mais ce n’est pas un drame.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Silence et malveillance

Avec plus de cent livres et 2000 articles, Alain de Benoist est de loin l’auteur français le plus fertile et le plus érudit de ce dernier demi-siècle. Il possède aussi l’une des plus grandes bibliothèques au monde. Que la culture officielle et les médias aient pu occulter ce penseur d’envergure universelle en dit long sur la santé du système. Le chaleureux ouvrage que lui consacre François Bousquet remet l’auteur à l’endroit et les pendules à l’heure.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Le choix de tout savoir

On ne dira bien sûr pas que les services spéciaux occidentaux se fichent complètement du terrorisme et de la lutte contre le terrorisme, à cette nuance près qu’il leur sert de prétexte pour légitimer la surveillance de masse. Ce serait très exagéré…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Perspectives stratégiques 2024

Après avoir correctement analysé et prédit le déroulement de la guerre d’Ukraine, notre analyste stratégique Bernard Wicht livre quelques réflexions prospectives sur ce qui nous attend dans l’année en cours. À mettre de côté pour plus tard, méditer, contester…

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

Les services spéciaux comme dernier recours

D’une manière générale, le régime occidental est en proie à un très grand nombre de tensions, tensions auxquelles il aurait peine à survivre si les services spéciaux n’étaient justement là pour les contenir. Se substitueraient-ils, en fin de compte, au régime lui-même?

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

La déscolarisation et ses suites

Le niveau scolaire s’effondre dans nos pays: il devient très difficile de le nier. Un jour, l’onde de choc de cet effondrement balaiera l’Occident. D’ici là, nos bonnes autorités font tout leur possible pour détourner notre attention du phénomène et davantage encore de ses causes.

L’ANTIPRESSE EST UN ANTIDOTE À LA BÊTISE AMBIANTE

Déjà abonné(e)? Je me connecte.

Pas encore membre? Je m’abonne!

Je veux en savoir plus? Je pose des questions!

L’Antidote!

Chaque dimanche matin dans votre boîte mail, une dose d’air frais et de liberté d’esprit pour la semaine. Pourquoi ne pas vous abonner?

Nous soutenir